Sous un angle paranormal

 

André Groote

 

Traduit par Josiane Moens

 

Table des matières: Chapitre 1

 Avant-propos

Déjà très jeune, je savais que j'avais des dons paranormaux. Lorsque je voyais un incendie, un incendie se produisait. Lorsque je voyais le décès de quelqu'un, cette personne mourait. C'est comme ça que cela commence pour presque tout le monde. Dans la plupart des cas, la vraie découverte de dons paranormaux va de pair avec une crise d'identité. On passe par une période 'désertique', pendant laquelle on se sent incroyablement seul. A ces tournants de la vie, un bon nombre de gens a cependant des contacts avec des choses qui se trouvent en dehors de nos expériences quotidiennes, et souvent ils n'osent pas en parler de peur d'être pris pour un surmené, un fou ou un extravagant. En fait, ces contacts sont tout à fait normaux, bien que nous ne sachions souvent pas les reconnaître comme tels, voire les interpréter et vivre avec. Heureusement le mystérieux qui entoure le paranormal et tout ce qui s'y rapporte disparaît petit à petit. Il paraît de plus en plus de livres au sujet de l'extra-sensoriel et les gens hésitent moins à se manifester et à partager leurs expériences. Les programmes radio, les articles des magazines et des journaux ont contribué à cette évolution. Nous sommes tous plus ou moins doués sur le plan du paranormal, que nous soyons riches ou pauvres, jeunes ou vieux. En fait, le paranormal est donc très normal. Je reçois de plus en plus de lettres contenant des questions et des expériences concernant le paranormal, en d'autres termes, concernant " la vie normale ". La première partie de ce livre parle de ces expériences et de ces rencontres dans la vie quotidienne. Les lettres ont été sélectionnées parmi des centaines de missives que j'ai reçues et auxquelles j'ai répondu au cours des années. La deuxième partie reprend des lettres contenant des questions et des expériences concernant les rêves et des émersions. Chaque chapitre est précédé par une introduction. Les poésies qui accompagnent certains des chapitres m'ont été inspirées, parfois pendant la rédaction de ce livre, parfois déjà avant. Pour finir, nous avons repris certaines réactions pour le moins frappantes à mes réponses. J'espère que ce livre contribuera au fait que de plus en plus de personnes apprennent à reconnaître leurs expériences avec le paranormal et arrivent à les utiliser dans leur vie ultérieure.

André Groote

 

Silence

Beaucoup trop de sons,

Beaucoup trop de bruit

 Laissez le silence régner,  

S'il vous plaît, juste un moment  

Pour m'entendre penser  

Pour sentir battre mon cœur  

Oui le silence sait la réponse  

Même si le silence n'a aucun nom  

Je voudrais m'entendre soupirer  

Ou est-ce tout de même le vent qui répond  

Par la fenêtre ouverte  

Non, le silence ne règne jamais  

Mais si je le désire, 

Je ferme les oreilles  

Même si le monde entier poursuit son tapage  

Parce que la vie sommeille en moi  

Je suis mes propres questions et réponses  

Même si je dors cent mille années  

Un jour je me réveillerai 

Ne fût-ce qu'un moment

Pour m'entendre penser 

Pour sentir mon cœur battre  

Oui, le silence sait la réponse  

Même si le silence n'a aucun nom 

 

De l'album "Door de wind verteld" par André Groote sur label Corduroy 

 

Messages de l'au-delà

  

Errance par la corde argentée  

Parfois je marche avec une bougie dans obscurité 

et la bougie ne produit pas assez de lumière 

pour m'accompagner dans ma voie 

Elle semble un chemin d'une rectitude désespérée 

et sec aucune forêt verte, aucun parfum 

de fleur aucun rire d'enfant, aucun chant d'oiseau 

rien qu'une oppression intérieure 

qui bat anxieusement dans mon âme telle une horloge creuse qui n'atteint aucun croyant 

Le temps s'arrête, la musique se tait 

Le langage des morts n'est écrit que dans la poussière 

Je suis errant et cherche sur les sept lignes de l'échelle de Jacob 

qui sera l'échelon, qui sera la dernière étapequelle main,  

quel oeil, quel sentiment me guideravers la lumière,  

la chaleur de ceuxque j'identifie 

comme mes amis 

de tous les temps l'unité 

de l'éternité lequel 

qui m'incitera à réaliser  

et qui me feront réaliser que  

je suis enfin à la maison  

au centre de la seconde éternelle

André Groote  

L'être d'humain n'est qu'une partie d'un tout originel et c'est pourquoi il n'a qu'une connaissance limitée de ce qui se passe en lui et autour de lui. C'est un jeu spirituel de contacts, parfois une vision claire, parfois rien de plus qu'une piqûre d'épingle. Si maintenant on enfle cette piqûre jusqu'à en faire une expérience totale, un message complet, alors on fait d'une toute petite partie une vérité qui fait du tort, non seulement à soi-même, mais aussi à la capacité spirituelle de l'autre, l'être humain matériel et immatériel. Une expérience totale vient habituellement du contact avec une personne trépassée qu'on a beaucoup aimée ou qui a beaucoup signifié pour nous. Ceux qui sont morts semblent parfois très capables de nous donner des messages, des avertissements ou de nous envoyer une énergie préventive pour nous faire prendre conscience. Les contacts peuvent se faire par les moyens suivants : des bruits, des apparitions, des rêves, des visions etc. Parfois quelqu'un a un ange gardien, qu'on appelle aussi un guide, qui voyage un moment avec lui au cours de sa vie, jusqu'à ce qu'il ait atteint une certaine maturité. L'ange gardien peut alors continuer son propre chemin, et si nécessaire un nouvel ange gardien lui succédera à un autre niveau de la vie. Un ange gardien ne doit pas nécessairement être quelqu'un qu'on a connu dans la vie matérielle. Il peut être quelqu'un de totalement inconnu. Pour moi, ces contacts sont la preuve que le décédé est plus conscient de la totalité de la vie que l'être matériel. Ce n'est pas nous qui avons le contrôle sur nos rêves et nos visions, mais eux. Ils décident si oui ou non il y aura contact. Essayer d'obtenir un contact avec eux revient donc dans la plupart des cas à chercher une aiguille dans une botte de foin ; à moins que cette aiguille elle-même veuille être trouvée. Alors elle apparaît et vous donne cette piqûre que vous identifiez clairement comme venant d'elle. Ici, je pense aux contacts qui se font par l'intermède de médiums. Je voudrais préciser que les bons contacts sont très rares. La plupart des médiums peuvent obtenir des images clairvoyantes par leur contact avec l'aura de la personne assise en face d'eux, parce que le souvenir de ceux qu'on a aimé se trouve dans cette aura. Puisque pour un clairvoyant le temps n'existe pas, il est capable de voir des décédés, et plus précisément des décédés qui ont joué un grand rôle dans notre vie. Pour s'assurer qu'un contact passant par un médium est véritable, il faut pouvoir vérifier si certains secrets, messages ou expériences que le trépassé donne et que le consultant ne connaissait pas, s'avèrent vrais. Mais il est certain que ce domaine restera toujours difficile et incertain. Vous ne le saurez pas jusqu'à ce que vous soyez là, et à ce moment il sera difficile de le prouver matériellement car vous ne porterez plus votre pardessus. Je voudrais vous donner encore un conseil. Les trépassés veulent que nous vivions parmi les 'vivants'. Si l'on vit trop avec eux, on vit déjà dans le monde immatériel avant la mort de notre corps. Jusqu'au jour de notre mort, nous vivons sur terre et jusqu'à ce jour, il faut vivre ici!  

Les morts sont parmi nous 


 Contact peu clair? 

Nous, qui vivons dans le monde matériel, ne devons jamais essayer d'obtenir un contact avec les trépassés. S'ils estiment que c'est important, ils nous contacteront bien eux-mêmes. Appeler consciemment quelqu'un qui est décédé peut s'avérer très dangereux, non seulement pour nous-mêmes, mais surtout pour le trépassé. Prenez ceci par exemple : Quelqu'un n'a pas dormi pendant une semaine et vient de se coucher pour se reposer quelques heures de ses émotions. Si vous le réveillez à ce moment-là et lui demandez quelle est la signification de la vie, il répondra probablement : 'Fous le camp ! Je suis fatigué et je veux dormir'. Je vous conseille donc instamment de ne pas le faire ! Il me semble cependant clair que Phia veut elle-même vous passer un message et la solution est en fait très simple. Ces derniers temps, vous avez été trop superficielle. Les choses matérielles semblent avoir plus d'importance que le spirituel. Au fond, vous passez à côté de vous-même et cela pourrait même vous coûter votre mariage. Phia veut vous dire : allume la lumière, laisse brûler ta lumière spirituelle et dégage de la chaleur comme tu le faisais étant petite fille. Cordialité, chaleur et amour, voilà ce qu'elle vous demande de donner, aussi à son frère. N'essayez plus d'obtenir un contact avec elle dans l'espoir de recevoir une réponse qui vous plaît parce vous essayez peut-être de tergiverser. Essayez au contraire d'admettre envers elle et envers vous-même qu'elle a raison. Le contact y est déjà et le message qu'elle vous donne semble bien clair.  


 Soupir 

 Voilà ce qui me surprend toujours. On aime quelqu'un et cette personne meurt. Ensuite, on reçoit la preuve que la mort n'est pas vraiment une mort, mais une nouvelle naissance dans l'au-delà et on en a peur. De quoi avez-vous peur ? D'eux ou de vous-même ? D'après moi, de vous-même, car lorsqu'ils étaient encore vivants, vos père et mère, ils étaient bien les derniers de qui vous auriez eu peur. Laissez-vous donc un peu aller, vous finirez toujours par revenir car votre heure de renaître de l'autre côté n'est pas du tout encore arrivée. Ils veulent tout simplement vous montrer qu'ils y sont toujours pour vous et qu'ils veulent vous aider avec les problèmes que vous rencontrez dans votre vie. Cette impression de glisser vers vos pieds est le début d'une émersion. Votre corps astral veut donc quitter votre corps physique et faire une petite visite du côté de l'intemporel. N'est-ce pas merveilleux de pouvoir rencontrer quelqu'un de qui vous croyiez qu'il n'existait absolument plus ? Soudain, vous vous rendez compte qu'ils y sont toujours, mais sous une autre fréquence. Ne laissez pas votre mari se moquer de vous ! Son incompréhension renforce votre angoisse. Parlez-en avec quelqu'un qui montre plus de compréhension, un frère, une sœur par exemple ? Ils étaient aussi leur parents, non ? Quant au symbole du 'soupir", il signifie l'oxygène nécessaire à la vie. Il signifie aussi la première aspiration dans l'au-delà. C'est votre mère que vous entendez soupirer. En effet, à la fin de sa vie sur terre, elle avait des suffocations à cause de son cœur. Essayez donc de vous sentir en sécurité car c'est votre propre mère qui se manifeste. Je voudrais vous donner encore un conseil : consultez un médecin ou un physiothérapeute pour apprendre à respirer comme il le faut. Il faut dire en effet qu'en répondant à votre lettre, je sens moi-même une oppression, et cela tient à vous, à votre façon erronée de respirer, qui fait que parfois vous faites de l'hyperventilation. Le stress entraîne souvent une respiration erronée, mais on peut aussi évidemment retourner les choses : une meilleure technique respiratoire peut diminuer le stress (Ouf!).  


 Moniteur 

Vous comprendrez - et je l'ai déjà souvent dit auparavant - que la clairvoyance et les contacts télépathiques sont les plus forts lorsqu'ils concernent ceux que nous avons le plus aimés. Dans ce cas, il s'agit de votre mère. Je suis convaincu que c'était elle qui vous a fait entendre ce bruit. Et plus, vous étiez avec elle. Ce ronflement ne signifiait pas seulement qu'elle a voulu que vous arriviez à temps, mais était aussi une préparation à son décès. Le fait de l'entendre vous a fait savoir avec certitude qu'elle allait mourir et cela diminue l'impact d'un décès d'un être cher. Bien sûr, vous n'en souffrez pas moins, sûrement pas, parce que son enveloppe extérieure vous manque: vous ne pouvez plus parler vraiment avec elle, ni la dorloter. Mais une telle expérience prouve de nouveau, comme tant de fois, qu'il y a plus que le monde matériel. Après une telle expérience, je suis sûr que vous êtes persuadée qu'il y a une vie après la mort, que vous y croyez plus que ceux qui n'ont pas vécu cela. Ce me semble un sentiment de désespoir, lorsqu'on ne croit pas en une vie après celle-ci, je ne puis me l'imaginer, parce que je suis persuadé qu'il y a une vie après celle-ci, et je crois que c'est aussi le cas pour vous maintenant. A l'avenir les rêves que votre mère vous enverra seront des prévisions qui vous aideront et vous guideront dans votre vie quotidienne. Notez-les, apprenez à en connaître le symbolisme, et ils vous seront d'un grand support. Elle continuera à vous soutenir, parce que maintenant c'est plus facile pour elle. Là où elle est maintenant, elle ne sera plus gênée par son corps qui lui fut si longtemps un fardeau. 


 

La vie après la mort

 

 

 

Qu'il y a une vie après la mort, j'en ai reçu la preuve plusieurs fois. Je vous cite un exemple. Une nuit, j'émergeais de mon corps et j'ai rencontré un homme que je n'avais jamais vu auparavant. Il m'a posé la question suivante: "Voulez-vous passer un message à mon épouse et à mon fils Paul ? Dites à mon épouse d'arrêter le procès contre la firme pour laquelle je travaillais. Mon fils doit s'assurer qu'il a tous mes cahiers avec l'écriture automatique en sa possession. Il doit les garder et les publier en temps voulu." Ensuite, l'homme s'est éloigné de moi. Je ne savais pas que faire de ce message jusqu'à ce que, une semaine plus tard, j'aille à une fête d'anniversaire. Il y avait là une femme qui m'était inconnue. Soudain, j'ai senti que l'homme avec lequel j'avais parlé avait indirectement quelque chose à voir avec elle. Sans que les autres invités s'en aperçoivent, je suis allé m'asseoir à côté d'elle, je lui ai décrit l'homme et lui ai demandé si elle le connaissait. Ce qu'elle confirma avec une surprise croissante. Elle me raconta que l'homme et sa famille étaient de bonnes connaissances à elle. Elle me montra une photo sur laquelle cet homme se trouvait aussi et je le reconnus tout de suite. Elle me dit aussi que l'homme était décédé il y a quelques mois et que sa famille avait de sérieux problèmes. Alors, je lui ai raconté toute l'histoire. Elle se sentait fort soulagée car ce que je racontais, rejoignait les problèmes de cette famille en ce moment. L'homme avait été un fonctionnaire technique haut placé dans une grande firme. Là, il avait pas mal d'inventions à son nom, pour lesquelles il n'avait pas été suffisamment payé et en effet, son épouse voulait intenter un procès à ce sujet. Cet homme s'intéressait fort aux phénomènes paranormaux et avait rempli des cahiers entiers d'écriture automatique. Le seul fils qui s'y intéressait était en effet Paul. Cette femme a transmis l'histoire à la famille. Ils étaient très heureux avec le message et ils ont agi en conséquence. Vous voyez bien, Brigit, qu'après de nombreuses expériences de ce genre - y compris avec mon propre père - je crois fermement en une vie après la mort. Votre père est donc en effet près de vous et il vous aide. En effet, comment pourriez-vous vous sentir triste pour quelqu'un qui n'existe plus ? Le chagrin n'est possible que lorsqu'il est réfléchi. Peut-être que ceci n'est qu'une maigre consolation, je le sais, mais réfléchissez-y. Une chose encore : lorsque quelqu'un meurt et que son corps a souffert, cette douleur se poursuit un moment pour le corps immatériel. Mais là, vous pouvez l'aider. Quand vous pensez à lui, soyez toute amour et envoyez-lui la couleur bleue en pensées. N'essayez jamais de contacter un trépassé. Je dis toujours : si un trépassé veut obtenir un contact avec quelqu'un dans le monde matériel, il le fera, car il ou elle est conscient à 100%, alors que nous ne le sommes qu'à 15%. Une partie de ces 100%, une partie des couches qu'un être humain possède, sera toujours avec ceux qu'il ou elle a aimés.

 


 

Prise

 


Il y a quinze ans, notre petit garçon a été tué dans un accident de la route. J'ai merveilleusement bien surmonté mon chagrin, mais j'y pense encore régulièrement. Le soir avant l'accident, nous lui avions encore dit qu'il devait toujours être prudent. Il m'avait répondu : "Maman, si je meurs, je ressortirai tout de même de la terre." Il l'a dit comme s'il voulait nous rassurer. Le lendemain matin, un homme est venu sonner qui nous demanda si P. habitait ici. J'ai dit oui et il est reparti sans un mot. J'avais la sensation qu'il allait se passer quelque chose. Vingt minutes plus tard, notre petit garçon était mort. Quelques jours après l'enterrement, je devais faire des emplettes et j'ai, comme toujours, retiré la fiche du poêle à gaz car notre garçon avait l'habitude d'y toucher. Il n'y avait personne à la maison à ce moment-là. Lorsque je suis revenue, j'ai senti une drôle d'odeur dans les environs de la prise, où la fiche était d'ailleurs remise. Je sentais une espèce de contact avec mon fils. Quelques semaines après l'enterrement, j'ai fait un rêve : il faisait nuit et je naviguais sur l'eau dans un petit bateau. J'arrivais près d'une grotte où il y avait une grande fête. Sur un podium, il y avait une longue table à laquelle était assis un homme, mon petit garçon sur les genoux. Impossible d'arriver à eux, donc je l'ai appelé. Il m'a regardée, a souri et a fait signe que non. Qu'est-ce que toutes ces choses signifient ? (Madame A.E.S. de V).

 


En général, les enfants ont peu de problèmes avec la mort. Cela ne peut s'expliquer que par le fait que les enfants sont encore plus proches de leur vie antérieure que les adultes. Pour ces choses-là, le temps joue un rôle important. Plus on est près d'un événement, plus les souvenirs sont tangibles. Plus on s'en éloigne dans le temps, plus cela ressemble à des souvenirs de vacances. Lorsque les vacances ont été ratées à plus de 50%, on oublie les choses agréables et lorsqu'elles ont été agréables à plus de 50%, on oublie les choses désagréables. Le fait que votre fils ait dit : "Je ressortirai de la terre", pourrait signifier qu'il se souvenait d'avoir été enterré dans une vie antérieure alors qu'il se sentait encore en vie. Il aurait donc vu son propre enterrement. Le même ordre d'idées m'aide à m'expliquer votre rêve et l'homme qui se trouvait devant votre porte. L'homme qui vous a demandé si votre fils était à la maison, je crois que c'est le même que celui qui dans votre rêve avait votre petit garçon sur les genoux. Il est possible que maintenant il soit devenu son nouveau père dans une nouvelle incarnation. Je pense très fort à l'Amérique latine, car je vois cet homme avec une peau assez foncée. La grotte avec son podium pourrait représenter la matrice symbolique qui de l'autre côté a préparé votre fils à une nouvelle vie en chair et en os sur terre. Je trouve votre expérience très belle et pour vous, c'est une forte preuve de ce qu'il a dit car il vous a contactée de plusieurs manières, et même d'une façon supérieure qu'avec ce petit signe matériel de la fiche du poêle à gaz. J'espère que cette expérience vous incitera à aider beaucoup de gens. En effet, la manière dont vous avez surmonté cette perte est exemplaire. Pour cela, il a fallu que vous receviez la force nécessaire. Partagez donc un peu de cette force avec ceux qui en ont moins reçu que vous.


Anges gardiens

 


 

Images sur le mur

 

Lorsque mon frère était sérieusement malade et que pour finir il est mort, je me sentais poursuivie par des images que je voyais sur le mur. J'étais assise au chevet de son lit et sur le mur, je voyais deux figures ressemblant à des anges agenouillés, chacun d'un côté d'une table ou d'une caisse couverte d'un tapis. J'ai pensé : mon frère va nous quitter. Plus tard, j'ai vu sur la porte de notre maison une figure dont s'émanait une lumière rayonnante. Je vois ça assez fréquemment. Ma voisine a perdu beaucoup de famille, y compris son mari. Quand je lui rends visite le soir, je vois une figure lumineuse derrière elle. C'est peut-être son mari mais peut-être quelqu'un d'autre: les contours sont trop vagues pour le reconnaître. J'ai aussi vu une fois une auréole au-dessus de la tête de ma mère. Pouvez-vous m'expliquer toutes ces choses ? (M. J.B. de P.)

 

Ces images au chevet du lit de quelqu'un qui est sur le point de mourir apparaissent souvent. Je l'ai vécu plusieurs fois. Cependant, ces images diffèrent selon la personne qui passe de l'autre côté. Cela dépend de la manière dont il a vécu, des gens qu'il a connus, de la foi qu'il avait et de ses propres espoirs (en ce qui concerne le ciel). Le fait que vous avez vu ces images après que votre frère a été malade et qu'il est décédé, n'a rien à voir, au point de vue du temps et de l'espace, avec le fait que vous les avez vues au moment même ou plus tard. Il s'agit de quelque chose que l'on enregistre dans son subconscient au moment même de la maladie. Vous savez que je crois que le temps n'existe pas. Nous l'avons créé uniquement pour pouvoir y installer notre horloge. Je puis sentir dans votre lettre que les images que vous avez perçues, ont été inspirées par la foi catholique, de là ces deux anges. Mais cela aurait aussi pu être deux personnes totalement différentes qu'il a connues dans sa propre vie, des amis ou de la famille, qui de l'autre côté aident le mourant à comprendre qu'il retourne d'où il vient : le monde de l'éternité. La personne que vous avez vue illuminée, était votre propre frère, qui par l'échange d'énergie avec les deux anges a compris qu'il avait passé outre. Si vous aviez vu une figure sombre, cela aurait signifié que le malade n'a pas encore entièrement délaissé son corps matériel. On voit souvent des couleurs et de l'énergie autour des gens. Ceci ne signifie pas qu'il y a des esprits à côté ou derrière une personne, mais ce que l'on voit, c'est l'aura, le corps astral de la personne en question, qui contient les souvenirs des personnes qui sont passées dans l'au-delà et qui lui étaient proches. Nous appelons cela l'information de l'aura. Tout ce qu'une personne a vécu est visible pour des gens ayant des dons paranormaux, pour l'un un peu plus que pour l'autre. Cela tient au développement spirituel qu'une telle personne a vécu dans sa vie et à sa manière de voir la vie.

 


 

Une bure vide

 

 

 

J'ai l'impression que non seulement vous souffrez d'une dépression, mais qu'en plus vos mains sont parfois insensibles. Que parfois il vous semble même qu'elles n'y sont plus. C'est une chose que je sens très fort quand je vous vois. Je vois aussi une incarnation du treizième siècle. De ce temps-là, vous avez été pénie pour une vétille : vous savez que cela se passait souvent de ce temps-là. Il suffisait de voler une poire, et on vous coupait les mains. Et maintenant, vous vous punissez vous-même sans vous réaliser que cela n'a plus rien à voir avec le présent, mais bien avec le passé. J'espère donc qu'après mon explication, vous aurez un grand soupir de soulagement et que vous vous endormirez de nouveau tranquillement et que vous continuerez à vous dire que cette dépression n'appartient pas au présent, mais au passé. Vous savez que lorsque de ce temps-là (au treizième donc) on pendait quelqu'un, la plupart du temps, un prêtre ou un moine l'accompagnait sur le bûcher. Le moine qui vous a accompagné, vous a dit : " Continuez à me regarder et je vous promets que vous vous calmerez et que vous arriverez quand même au ciel, car au fond je crois en votre innocence. " Vous étiez un homme lorsque vous avez été pendu. Votre esprit a laissé son pardessus (son corps) et est devenu conscient, grâce au moine qui vous accompagnait, du fait qu'il délaissait sa dépouille, du fait qu'il quittait ce treizième siècle plein de peur et d'angoisse. Le moine vous a accompagné dans votre voyage à travers le temps et l'espace. Il vous accompagne toujours. De façon symbolique, il vous montre maintenant deux choses. La bure vide symbolise l'inanimé, le suicide, le fait de vouloir enlever son 'manteau', de ne plus savoir quoi faire de la vie. L'apparition à la fenêtre, c'est le même moine, mais alors dans sa vraie forme, toute vie et harmonie, son vrai moi spirituel, et aussi votre moi qui devrait être aussi rayonnant que ce qu'il vous montre. Quoiqu'il arrive, il est près de vous, car il fait partie de vous. Il vous force, donc au fond vous vous forcez vous-même, à une activité renouvelée. Car, vous avez beau vous sentir heureuse, au fond, il vous faut plus que ces travaux ménagers. Ces autres talents ne vous ont pas été donnés pour rien et le temps est venu d'en faire quelque chose. Si dans trois ans vous vous souvenez d'aujourd'hui, vous saurez ce que je veux dire. Ce qui est drôle, c'est que vous ne devrez même pas chercher: l'occasion frappera à la porte.

 


 

Mon père

 

 

 

Oui, je vous crois lorsque vous dites que cela s'est vraiment produit. Ce genre de choses m'est arrivé tant de fois ! Il y a quelques semaines, je rendais visite à des connaissances qui vivent dans une ferme rénovée. Après avoir pris congé, je suis sorti et soudain, à ma droite, je vis assis un petit boulanger. Il avait tous les attributs du métier, même une grande toque. C'était un homme très aimable, et il semblait content. Il semblait vouloir dire : ainsi je me sens bien. Avoir ce genre de personnes dans ma maison ou comme voisins (cela, je ne le savais pas encore) me plaît car j'ai toujours beaucoup aimé les oiseaux et les autres animaux, mais je n'avais pas le temps pour eux. C'est ce qu'il m'a dit. Je l'ai regardé encore un moment et je me sentais très bien. Et puis, il a soudain disparu. J'ai demandé à la maîtresse de maison si autrefois un boulanger vivait là mais elle n'en savait rien. Comme il m'arrive bien souvent de vivre des expériences de ce genre, j'ai oublié l'incident. Mais quelques semaines plus tard, comme le maître de céans, un collègue magnétiseur, était alité avec une double hernie, je suis retourné dans cette ferme. Pendant que nous buvions une tasse de café, sa femme me dit soudain : 'André, tu te souviens de ce petit boulanger ?' J'ai répondu 'Oui', et elle : 'Et bien, il a vécu à côté. J'ai raconté aux anciens habitants de notre ferme ce que tu as vu et ils m'ont dit qu'à droite de la ferme vivait autrefois un boulanger' (donc à l'endroit exact où je l'ai vu). Pour moi, ce genre de choses est tout à fait normal, c'est pourquoi je vous crois. Que votre père se trouvait auprès de votre frère et ne voulait pas que celui-ci le voie, signifie que votre père reste provisoirement auprès de votre frère pour l'aider car il passe par une période assez difficile, avec des hauts et des bas. Il n'a pas encore trouvé son vrai chemin dans la vie. Votre père connaissait son chemin et il va aider votre frère à rester sur la bonne voie. Je voudrais lui conseiller de faire attention à son dos. Le mieux serait de consulter un bon thérapeute manuel.

 


 

Apparition

 

 

 

La peur de la mort a commencé pour vous lorsqu'un homme de votre famille est décédé. Vous aviez sept ans. C'était un homme assez âgé. Cet homme vous aimait beaucoup. Depuis ce moment, vous avez toujours continué à avoir peur, pas de la mort en soi mais parce que vous avez dû vous séparer de quelqu'un qui s'est beaucoup occupé de vous spirituellement. À la maison, on ne vous accordait pas cette attention. On vous laissait un peu à votre sort, ou du moins c'est ainsi que vous le ressentiez. Je pense que ce sentiment ne correspondait pas tout à fait à la vérité, car lorsque je vois votre mère, je vois une femme surmenée avec beaucoup de problèmes personnels. A cause de ça, elle a eu bien des difficultés à élever une famille nombreuse. Vous comprendrez que lorsqu'on est fatigué, tout vous semble trop. Ensuite il est venu une période dans votre vie où vous vous sentiez parfois seule et où vous étiez aussi assez surmenée. C'était lorsque vous attendiez votre petit garçon. De temps en temps vous demandiez comment vous alliez faire, avec deux enfants et encore plus de travail. En dehors du ménage, vous n'aviez aucune distraction et cette situation n'était pas saine. C'est à ce moment que votre mère vous est apparue et vous a demandé de venir avec elle. Ce n'était pas littéralement ça, l'intention, mais cela vous a placé devant un choix : rester tout à fait avec votre famille en esprit ou devenir encore plus surmenée. La dernière chose ne s'est pas produite. Vous vous êtes mis à vous sentir mieux et vous avez commencé à avoir plus de plaisir dans la vie. C'est comme ça que votre mère vous a aidée. Eteignez donc sans crainte la lumière la nuit, car vous dormirez en toute sécurité sous la protection de quelqu'un dont vous avez parfois douté autrefois mais à qui maintenant vous ressemblez tant, parce qu'avec sa famille, elle a eu les mêmes hauts et les mêmes bas que vous.

 


 

Un tic-tac

 


Depuis des années, ma vie s'accompagne d'une espèce de tic-tac. C'est un petit bruit doux qui ressemble au tic-tac d'une horloge rapide. Il se trouve partout et il se déplace. Il se trouve dans un pot de confiture, dans une peinture, une lampe, la bibliothèque etc. Il peut se trouver aussi bien à l'étage qu'au rez-de-chaussée. Cela a commencé il y a environ dix ans. Un soir, j'étais seule à la maison et je tricotais à la table lorsque j'ai entendu le tic-tac au-dessus de ma tête. J'ai un peu paniqué, parce que le bruit continuait de flotter autour de moi, même lorsque je suis allée dans le couloir. Je pensais que peut-être il y avait quelque part une montre qui faisait tic-tac, mais je n'en ai pas trouvé. Pendant quelques semaines, j'y ai pensé, mais après je me suis dit que c'était sûrement de l'imagination. Un soir, le bruit est revenu et je l'ai raconté à mon mari. Il se sentait rassuré car il l'avait aussi entendu. Nous avons contrôlé tout, les appareils électriques, le fourneau à gaz, etc. Le bruit ne provenait de nulle part. Nous vivons dans une autre maison maintenant, mais le tic-tac a déménagé avec nous. Il se trouve de nouveau partout. Mes six enfants l'entendent aussi. La plus jeune, seize ans, en devient très agitée et n'en dort plus. Il y a peu, nous étions en train de bavarder tranquillement à table, quand soudain nous avons entendu le bruit dans le vase à fleur. Nous avons tapé dessus et ça s'arrêtait un moment, pour reprendre de plus belle ensuite. Ce tic-tac ne provient pas des meubles. Nous les avons tous remplacés au cours des années. Pourriez-vous me dire ce que peut être ce bruit de montre ? (Mme G.N.B. B).

 


Oui, que penser de ce petit tic-tac? Il est ici puis il est là. Il n'est pas dans les meubles, pas dans la lampe. En fait il vous est déjà si familier que vous seriez surpris si soudain il disparaissait. Lorsque je me le représente, je puis même m'imaginer sentir de la fumée de cigare ou le parfum de la campagne. Je vois un paysage des années vingt, serein, et de temps en temps une vieille carriole paysanne sur les pavés. Et puis la maison, cette magnifique vieille ferme, pas grande, mais vraiment sympathique. Dehors, une femme avec un tablier foncé est occupée à nettoyer les bidons à lait. Un chat tourne autour d'elle en miaulant. Un chien aboie et les poules s'approchent dangereusement de lui. Sur le champ, un homme travaille avec une herse. Il sait que tout à l'heure, l'attendra un morceau de pain blanc frais avec du beurre et du fromage. Au loin, les enfants reviennent de l'école, les garçons dans leurs pantalons trop larges, l'un avec sa casquette trop petite, l'autre avec une bien trop grande, mais échanger ? Oh non ! Cela signifierait la dispute. Les filles, elles sont trois, poussent de petits rires parce que le matin, elles ont écrit en cachette quelque chose sur le dos d'un des garçons avec de la craie. Vous vous demanderez ce que tout cela vous apporte. Mais c'est l'image que je reçois lorsque je pense à ce tic-tac. Je la trouve merveilleuse, je pourrais l'observer pendant des heures. Malheureusement, elle ne reviendra jamais. Ce qui revient, c'est un bruit, le bruit d'une ancienne montre de gousset que grand-père ne portait que le dimanche et aux occasions spéciales. Ce tic-tac est le tic-tac de votre maison, qui vous apporte la sérénité si nécessaire dans notre période si agitée. Soyez donc heureux de ce tic-tac, car il appartient à votre ange gardien 'Grand papa'.

 


 

Réaction: Un tic-tac

 


Votre réponse m'a vraiment frappée. Petite fille, j'allais souvent dans un merveilleux petit village tranquille en Frise, où vivait la famille de mon père. Je logeais alors chez Beppe. Pake est mort très jeune et je l'ai à peine connu. Lorsque je logeais chez Beppe, je dormais avec elle dans son lit clos. Je devais toujours grimper dedans, parce qu'il était trop haut. Alors je me laissais tomber et je disparaissais dans un matelas de plumes avec des draps qui sentaient le camphre et la lavande. C'était une vraie fête d'être chez Beppe. Elle m'a enseignée à être patiente, et à aimer. Ma mère m'a dit que votre description était tout à fait juste. Elle m'a également dit que Pake avait une montre de poche en or, un héritage de famille. Après la mort de Pake, Beppe était censée donner cette montre à mon père, mais celui-ci n'en voulait pas. Alors mon oncle l'a reçue à condition qu'il la donnerait à son frère s'il venait à mourir. Mon oncle est décédé il y quinze ans, mais la montre n'est toujours pas revenue. Moi-même, j'ai l'impression que le tic-tac a quelque chose à voir avec ça. Je ressens en effet le tic-tac comme un ange gardien. Il me consolait dans les périodes difficiles par lesquelles ma famille et moi sommes passées.

 


 

L'oncle

 

 

 

Peut-être que l'explication de ce que vous avez vécu vous semblera-t-elle fort étrange, mais je vais essayer de vous l'expliquer le mieux possible. Cette expérience a tout à voir avec votre mari. Ce qu'il a vécu inconsciemment dans son sommeil, vous l'avez vu. Votre mari était en pleine crise en ce qui concerne son travail et beaucoup d'autres choses. Il est assez introverti et éprouve des difficultés à s'exprimer. Il ne demandera pas non plus facilement de l'aide. Cependant, son subconscient a quand même lancé cet appel à l'aide. Et qui est-ce qui y a répondu ? L'oncle Herman. Oncle Herman était autrefois un ami très proche de la famille dans laquelle votre mari a été élevé. Ce n'était pas un vrai oncle, mais tout le monde l'appelait comme ça. Cet homme boitait un peu et marchait avec une canne. Votre mari - oncle Herman ne le lui a probablement jamais montré - était son préféré. Ce lien spirituel entre votre mari et lui - quoique votre mari ne s'en soit pas rendu compte - a continué d'exister après la mort d'oncle Herman, et celui-ci est réellement devenu le guide de votre mari. Au moment où votre mari avait des difficultés, l'oncle Herman est venu pour l'aider et le guider. Rien que le fait qu'il l'ait fait prouve que pour votre mari, la crise est passée. Et qu'est-ce que cela signifie de plus ? Si votre mari se remémore le passé, il arrivera à la conclusion qu'auprès de cet oncle, on ressentait un calme et une paix extraordinaire. Auprès de lui, on se sentait très relaxe, on aimait bien l'avoir dans son entourage. Au fond, cet oncle a toujours été un guérisseur paranormal et cela, il l'a encore prouvé en traitant votre mère cette nuit. Je suis heureux que vous m'ayez écrit cette lettre et que partant, j'ai pu aider à résoudre un morceau du puzzle. Mais comme le hasard n'existe pas, il fallait bien que cela se passe comme ça. Ce que vous devriez retenir du message est que cet oncle veut vous dire qu'avec son aide, votre mari possède probablement aussi une partie de ce don. Essayez de faire en sorte que votre mari y réfléchisse et qu'il lise des ouvrages concernant cette question. Je pense qu'à l'avenir il pourra aussi aider des gens. Et soyez heureuse de recevoir une telle aide consciente de l'au-delà !

 

Ces derniers mois, il se produit des choses que je ne puis pas expliquer. Une nuit, en revenant à la maison, nous voyons que la lumière de la grange était allumée. Nous étions sûrs qu'elle était éteinte lorsque nous sommes partis. Une autre fois, le thermostat du chauffage était réglé à 25°C, tandis qu'il n'y avait personne à la maison. Il faut aussi savoir que nous ne réglons jamais le thermostat au-dessus de 20-21°C. De temps en temps de petites choses pareilles se produisent. La toute première fois que cela m'est arrivé, je pensais : c'est Phia, la feu petite sœur de Joop (mon mari). Je n'arrive pas à l'expliquer, mais quelque chose au fond de moi me dit qu'elle essaie de me contacter. Comment est-ce que je puis la contacter si c'est le cas? (Mme B.B. de CAD.)Il y a environ six semaines, c'était un dimanche-soir, je me trouvais dans mon lit et j'étais en train de m'assoupir. Tout à coup, j'ai entendu des pas. J'ai relevé la tête et de ma chambre, je regardais dans le couloir, mais je ne voyais rien. A ce moment, j'ai entendu ces pas pour la deuxième fois. Ils s'approchaient de mon lit. La troisième fois, ils sont venus jusque dans mon lit et il semblait que quelque chose voulait me saisir ou me toucher. J'étais comme paralysée. Mon mari dormait à côté de moi. Normalement je l'aurais réveillé car j'avais terriblement peur. Toutefois je ne pouvais rien faire, même pas lorsque la 'chose' a disparu. J'ai tout raconté à ma mère et après quelques jours, je n'y pensais plus. Jusqu'à maintenant. Ma mère loge chez moi en ce moment, car son ami est hospitalisé. Elle dort dans la chambre à coucher de ma fille. Ce matin, elle s'est levée assez déroutée. Pendant la nuit, elle avait vécu la même chose que moi il y six semaines. Elle a été réveillée par une sorte de bruit. Elle a ouvert les yeux et a vu un homme très grand qui se tenait à côté de son lit. Il était large, très foncé de teint, avec de très grands yeux et d'énormes mains. Soudain, il a mis sa main sous le dos de ma mère et a déplacé deux fois sa main de ses mollets à sa nuque et vice-versa. C'était comme si elle se sentait soulevée. Elle se sentait totalement paralysée, elle ne pouvait pas crier ni bouger. Enfin elle l'a vu disparaître par la fenêtre. Elle s'est alors levée, a fermé la fenêtre et est allée à la salle de bains. Elle était donc bien éveillée. Selon elle, ce n'était pas un rêve et elle a vécu ceci consciemment. Pourriez-vous nous dire ce que ça a été ? Je trouve si étrange que d'abord cela me soit arrivé à moi, et maintenant à ma mère tandis qu'elle loge ici. Je n'ose le raconter à personne car cela semble si irréel. Ce n'est d'ailleurs que maintenant, que c'est aussi arrivé à ma mère, que je l'ai raconté à mon mari. Et maintenant, j'ai peur. Je n'arrive plus à oublier cette histoire, je ne fais qu'y penser. (Cora v.R. de N.)À la maison, nous étions quatre filles et un garçon. Quand ma mère est décédée en 1976, ma sœur et moi étions les seuls enfants à l'hôpital ; mon père, mon beau-frère et mon mari y étaient aussi. Il faut savoir que nous deux n'étions pas tellement aimées, les trois autres enfants bien. J'avais dix-neuf ans à ce moment-là. Lorsqu'en 1980 j'étais enceinte de mon petit garçon, ma mère m'est apparue dans la chambre à coucher, derrière la porte. Mon mari travaillait de nuit. Elle me faisait signe de la main et me demandait de venir derrière la porte pour rester avec elle pour toujours. Je lui ai répondu que je ne pouvais pas parce que je devais encore m'occuper de ma fille qui avait alors six ans. Ma mère a disparu. Mais quand je suis entrée dans le living, elle était assise sur le divan. Elle avait les mains croisées et était comme une statue. Elle ne disait plus rien. Même lorsque j'ai fait de la lumière, elle n'a pas disparu. Ce n'est qu'au petit matin qu'elle est partie et je ne l'ai plus vue depuis. Pourtant, j'ai le sentiment qu'elle est toujours ici la nuit. Et maintenant j'ai aussi peur dans ma chambre à coucher la nuit et je ne puis plus dormir dans l'obscurité quand je suis seule. Même lorsque mon mari est à la maison, je sens l'esprit qui se trouve dans la chambre. Je voudrais savoir ce que ceci pourrait signifier. Pour être sincère, je trouve tout cela un peu effrayant. J'espère que vous pourrez me donner une réponse et me dire comment me débarrasser de cette crainte. (Mme C.Z. de E.) Il y a cinq ans, mon père est décédé. Il y a quelques semaines, je regardais la télévision dans le living avec mon frère. Mon frère s'était endormi. Je ne l'avais tout d'abord pas remarqué et je continuais à regarder la télévision. Mais lorsque soudain je me suis tourné vers mon frère, j'ai vu mon père à ses côtés. Je le regardais et il se mit un doigt sur les lèvres. C'était comme s'il voulait le dire de me taire. Ensuite, il a montré mon frère du doigt. Et puis, il a soudain disparu. Cet événement ne m'a pas du tout effrayé, mais pourriez-vous me dire quelle en est la signification ? Je sais pertinemment que ce n'était pas un rêve, que cela s'est vraiment produit. (I.S. de L.). L'année dernière j'étais très dépressive et tout vraiment me dégoûtait ; je me voyais déjà pendant au bout d'une corde. Ces pensées étaient si fortes qu'elles m'angoissaient. Rien que l'idée que j'en arriverais à ça ! C'était un affreux cercle vicieux ! Par moments, je voyais aussi quelqu'un qui pendait à une corde. Je ne pouvais voir que les jambes et les pieds. Une après-midi, je me suis couchée, fatiguée et complètement à plat, mais je n'arrivais pas à m'endormir. Soudain, je vis une apparition vêtue d'une bure, sans visage et sans mains. Je me sentais consternée, effrayée, anxieuse, tout à la fois. L'instant suivant, je vis à ma fenêtre une belle figure dans une belle lumière blanche et douce. La figure était à genoux et montrait d'un air de réprimande, enfin, c'est ainsi que je le percevais, sa bure. Je n'étais pas somnolente et mon esprit n'était pas engourdi. J'étais absolument consciente de ce que je vivais. Plus tard, j'ai senti encore plusieurs fois que cette figure dans sa bure était près de moi. Pouvez-vous m'expliquer ces apparitions ? (Mme J. de B. de D.)Je voudrais en savoir plus au sujet de la vie après la mort. Mon père, de qui j'étais très proche, est décédé l'année passée, et encore bien le jour de mon anniversaire. J'en suis toujours très triste et il me manque terriblement. J'ai demandé à Dieu de me donner la force de supporter cette lourde perte. Il se fait que j'ai beaucoup lu et entendu au sujet des dons paranormaux. Il y a quelques années, j'ai aussi entendu à l'école un enregistrement au sujet du spiritisme. Il s'agissait de Godfried Bomans et de voix venant de l'au-delà. Cela m'avait fait une grande impression. C'est pourquoi je me console souvent en pensant que papa me voit et est toujours avec nous. Je voudrais vous demander si peut-être vous pouvez appeler mon père et lui demander s'il a quelque chose à nous dire et s'il veut entrer en contact avec moi. Cette lettre semble peut-être un peu confuse, mais j'espère vraiment que vous répondrez à ma question : y a-t-il une vie après la mort ? Pouvez-vous également expliquer pourquoi il est décédé le jour de mon anniversaire? Au moment de ma naissance, mon père ne pouvait plus parler, tant il était heureux. Pourquoi ce même jour, 23 ans plus tard, a-t-il dû être un jour 'noir' ? (Brigit) Récemment, j'ai perdu ma mère. Un soir, elle a été hospitalisée. On nous a prévenus, nous, ses enfants, qu'elle avait eu un infarctus du myocarde. Le docteur nous a dit qu'elle était reliée à un moniteur et que maintenant elle était tranquille. Nous avons pu encore lui dire au revoir et puis, nous pouvions rentrer à la maison. Je me suis couchée, mais je n'arrivais pas à m'endormir. Vers 3:30 du matin, je me suis enfin endormie pour me réveiller une demi-heure plus tard. Dans mon sommeil j'entendais un ronflement qui me faisait penser à un moniteur qui s'arrête. J'ai voulu réveiller mon mari pour lui dire que ma mère allait plus mal. Cependant je ne l'ai pas fait, car je me disais que dans ce cas, on nous aurait téléphoné. Je me suis recouchée. Je venais de m'allonger quand le téléphone sonna: on nous appelait de l'hôpital, parce ma mère allait plus mal. J'en conclus que lorsque j'ai entendu cette espèce de ronflement, ma mère n'était pas encore décédée. Je voudrais donc bien savoir ce que cela a signifié. Ma mère aurait-elle fort pensé à moi en ce moment précis ? Nous étions très proches. Lorsque l'une de nous avait un problème, elle n'osait pas le dire à l'autre de peur de lui faire mal. Elle me manque terriblement. J'aimerais savoir comment elle va maintenant car je crois vraiment en une vie après la mort. Savez-vous, je n'ai pas pu lui dire adieu, et cela me fait mal. (Mme M.A.v.H de R.)J'ai 33 ans, je suis mariée. Ma mère est décédée il y a huit ans, et mon père il y a un an. Voici mon problème. Un matin, je suis couchée dans mon lit, à moitié réveillée, à moitié endormie. Mon mari est parti travailler. Soudain, j'entends quelque chose derrière moi, un soupir près de mon oreille. Et quelque chose me dit : 'Me voilà'. Je m'effraie et je me redresse dans mon lit. Je sens qu'il y a quelqu'un, mais je ne reçois pas de réponse. Seule à la maison, je me sens très angoissée et je sens toujours qu'il y a quelqu'un qui veut dire quelque chose. Il s'est produit la même chose la semaine passée, mais cette fois-ci c'était comme si quelqu'un me recouvrait d'un drap ou d'une couverture. J'entendais : 'Maintenant, nous venons te chercher', et le plus drôle, c'était que je me sentais glisser vers mes pieds. Quelque chose m'a retenue et j'ai repris conscience. André, j'ai fort peur que cela se reproduise. Qu'est-ce qui se passe ? (Madame. M.S. à E.)

 

 

 

Au cours d’une session durant la semaine de travail de mai 2006, une réincarnation s’est manifestée à Maureen. Nous espérons que quelqu'un en Irlande reconnaîtra la réincarnation à partir  de l'histoire locale. C’est pourquoi nous publions le récit sur l'Internet. La réincarnation de Maureen venait d'Irlande et le nom de la petite commune est Cristan (consonance langue parlée). Le nom qui a été donné était Marie Melon (consonance langue parlée). Cela doit avoir eu lieu vers 1845 et 1865 en Irlande du nord, car ces années-là ont été données. Marie Melon était propriétaire d'une sorte d'auberge ou lieu ou espace de rencontre ou d’un bar dans une bourgade. Il y avait des chevaux et il y avait des commémorations pour des gens décédés. Le bâtiment de la propriétaire était en partie souterrain et elle en savait beaucoup. Les Anglais ne savaient pas ce qui s’y passait et elle a aidé des gens à s’échapper. Dans l’auberge, il se passait des choses qu’elle seule savait. Elle a été trahie par des gens et a été enfermée dans une chambre. Sur ordre des Anglais, on l'a enfermée, car elle devait trahir des gens, mais elle n'a pas raconté les noms. Dans un espace humide, elle est morte couchée sur un banc avec un manteau noir sur elle. Elle est décédée dans un espace humide. (réd. : en tant qu’enfant, Maureen avait de l’asthme). Marie Melon a vécu jusqu’à environ 55 ans et dans ce temps-là, c’était assez vieux. On pouvait se tenir debout sur le petit banc et on pouvait regarder à l’extérieur par la fenêtre. Dans la fenêtre il y avait une arcade avec des carreaux. Maintenant, c’est un musée de la résistance et il devrait avoir exactement le même aspect qu’alors, sauf qu’il est peint dans une autre couleur qu’autrefois. Il a été peint dans une autre couleur, maintenant il est blanc. (Maureen)

 


 

En hommage à Jules Verne!

 

 

 

 

 

Voici l'image (une reproduction) de PaKal dans sa fusée, trouvée sur un sarcophage à Palenque, au Mexique. J'ai employé ce schéma archéologique pour construire une fusée-machine de fusion virtuelle de Palenkomak.

 

fusee.pdf

 

 

 Paranormal view

Although the books of clairvoyant André Groote were printed in Dutch some chapters were translated here by Carla de Kraker.

André has written four Dutch books and Carla de Kraker translated several eof his explanations concerning dreams. (Copyright © 2016 by André Groote) There are three books about dreams of people and the fourth is not published here since it contains his personal paranormal experiences in his life and he will not give it for free. The other books are online present in Dutch.

André Groote feels he more is a paraphilosopher than a clairvoyant. He wants to explain the things that he sees.

In his radioprogram “Met de muziek mee”  music and interviews of invited guests like musicians and journalists.

Wednesday 20.00 o' clock (Dutch time) streaming on the site www.vechtdalfm.nl he presents the program.

After the dreams we will discuss a fusion rocket from Atlantis based on his paranormal view, the image engraved on a stone cover of a Maya gravetomb and the S-1 Spheromak fusion machine of the Princeton Plasma Physics Laboratory.

Paranormal View

André Groote

Translated by Carla de Kraker

 

Foreword

When I was very young I knew that I was paranormal gifted. When I saw a fire, there was a fire. When I saw somebody dead, somebody would die.

That's how it starts with almost everybody. In most cases a real breakthrough with paranormal gifts goes along with an identity crisis. You go through a "desert period" of incredible loneliness.

Lots of people however have at those turning points in life contact with the kind of things that are out of our daily world of experiences, and are scared to talk about it, scared to be made out as overstrained, a lunatic or something like that.

In fact to the contrary, these facts are actually very normal, although we don't recognize them as such, let alone interpret them and work with them.

Fortunately the vagueness and mysteriousness that surrounds the paranormal and everything involved is slowly disappearing. More and more books appear about the outer sensorial perceptiveness and people are hesitating less to come forward to share their experiences. Radio programs, articles in magazines and newspapers have contributed to this.

Everybody is more or less paranormal gifted, whether your rich or poor, young or old. Paranormal is in fact very normal. I'm receiving more and more letters with questions, experiences and encounters with the paranormal, in other words "the normal life". In the first part of this book these experiences and encounters have been taken up in the daily life form.

The letters are a selection out of hundreds that I've received and answered through the years. In the second part letters will be taken up with questions, experiences and encounters with dreams and leaving the body.

Each chapter will be preceded by an introduction. The poems that accompany some of the chapters have been taken up by me, partially in my earlier days, and the others while composing this book.

Finally in addition, we put down some striking words, in reaction to my answers. I hope that this book will contribute to more people stepping forward with their encounters and experiences so they can learn to recognize and make use of it in the rest of their life.

André Groote

Silence

Way to many sounds

Way to much noise

Let it be silent Please,

just for awhile

To hear myself think

To feel my heart beat

Yes the silence knows the answer

Even if the silence has no name

I would like to hear myself sigh

Or yet is it the wind who answers

Through the open window

No, it's never silent

Just when I want it to be

I close my ears

Even if it shakes the world around

'cause life slumbers in myself

I am my answers and my questions

Even if I sleep a hundred thousand years

One day I'll wake up

Even if it is for awhile

Just to hear myself think

To feel my heart beat

Yes, the silence knows the answer

Even if the silence knows no name

From the album "Door de wind verteld" ("Told by the wind") by André Groote on the record corduroy-label


Although André already had written this poem in 1986 in his Dutch book "Paranormaal belicht" he dedicated this poem to the 9-11 disaster.

He predicted the disaster to some of his friends and clients one of them working in the Dutch brokery telling him something would happen with the World Trade Centre.

He always instantly forgets what he has said, but the people reminded him what he had told them about the tradecentre. In the poem, the "Jacobsladder" is the tower and "the language written in the dust" are the last words of the "brothers" (firemen according to André Groote)


Going Astray through the Silver Cord

Sometimes I walk with a candle in the darkness

and the candle doesn't produce enough light

to accompany me on the path I have to take

it seems like a path of hopeless straightness and dry ground

no forest of green, no scent of flowers

no laughter of a child, no birds singing their songs

nothing but inner oppression

which anxiously captures my soul

as a hollow clock, beyond every believer's reach

the time stands still, the music keeps silence

the language of the dead is only written in the dust

I'm wandering and searching for the seven lines of the jacobsladder

who shall be the rung, who will be the last step

which hand, which eye,

which sense shall guide me to the light ,

the warmth of them

whom I recognize as my friends of all times

the unity of eternity

whom which will make me realize

that I'm finally home

in the center

of the eternal second

André Groote

 

Messages from the Other Side

The human being is only a part of the whole primeval age and because of that, he has only a limited knowledge of what's happening inside and around the sphere of him.

It is a spiritual game of contact, sometimes a clear vision, and then again sometimes it's not more than a pinprick.

If you were to blow up that pinprick to a total experience, a comprehensive message, then you make out of truth a small part which does injustice, in the first case to yourself but then again also to the spiritual competence of someone else, the material and immaterial human being.

The total experience usually comes from the contact you have with the person that has passed on and whom you've loved or cared for a great deal.

Those who have passed on seem to be very capable to give us messages, warnings or send us preventive energy, that will help us to gain consciousness.

The contacts can appear through the following means: through sounds, apparition, dreams, visions etc.

Sometimes someone has a guardian angel, which travels with her through life until certain maturity in a phase has been accomplished.

The guardian angel can continue his own path, and if needed a new guardian angel will take over to take her to another level in life.

A guardian angel doesn't necessarily have to be someone whom you've known in the material life. We don't control our visions, but they do. They decide about a yes- or no contact.

Searching them is useless and hopeless; trying to find a needle in a haystack, unless that needle itself wants to be found.

Then he appears and gives you that prick which you will recognize clearly as being him or her. With this I'm referring to the contacts which are made by mediums. I would like to point out that good contacts are a rarity.

Most mediums are able to get clairvoyant images by having contact with the aura of the person sitting across from them, because remembering someone, whom you've loved or cared for can be found in ones aura.

For a psychic there is no such thing as time, they should be able to see the person whom has passed on, especially those whom have meant a great deal to you.

To make sure and check if the medium is genuine and honest, they should be able to tell you secrets, messages or experiences which you didn't know of and the person who passed on did and you should be able to verify that.

This will always be difficult and give some uncertainty about this phenomenon. You won't know it until you are there, and even then it's difficult to prove the material, as you're not wearing your overcoat anymore. I would like to give you one more tip.

Those whom have passed on want you to live among the living.

When you live with them too much, that would mean that you are living in the immaterial world already, before your body has passed on.

You live until the day you die on this earth, no sooner....no later....

The dead are among us

Contact indistinct?

These last months, there are things happening which I cannot explain.

One night as we got home the light in the shed was on. We were certain that when we left it was definitely turned off. Another time the thermostat was turned up to 25C and this while there was nobody at home and we never set the thermostat above 20-21C.

Every now and then little things like that happen. When it happened to me the very first time, my reaction was: that's Phia, Joop (my husband's) little sister who passed on.

There is no way that I can explain this, but something inside of me tells me that she is trying to contact me. How can I get in touch with her if this is the case? (Mrs. B.B. from D.H.)

We, the living in the material world, may never try to get contact with those whom have passed on. They will contact us, if they feel that it is important.

Consciously raising somebody could be very dangerous, not only to you, but in the first place to those who've passed over.

Take this for example: Somebody hasn't slept for a week and just lied down to rest for an hour getting over the emotions of it all. If you were to wake him up to ask him about the meaning of life, he would probably answer with get lost, leave me alone, I want to sleep I'm tired.

So I would strongly suggest to you not to wake him. The fact that Phia wants to give you a message on her own accord is very clear to me and the solution is in fact very simple.

Lately you've been busy in a much to superficial way. Material things seem to be going beyond spiritual matters. You tend to pass yourself by which could cost you your marriage.

So what she's saying to you is: turn on the light, let your spiritual light shine, and let it shine warmth as you use to do as when you were a little girl. Hearty, warmth and love that is what she asks to give to you, and for her brother as well.

Don't try to get contact with her to try to get the answer that you think fits, because you're trying to get around it, but try to admit openly to her and yourself that she is right. You already have your contact and the message that she is giving you is pretty clear.

Sigh

I'm 33 years old and married. My mother passed away eight years ago and my father one year ago. Now here is my problem.

One morning at 06.30 I'm lying in bed just before waking up. My husband had just gone to work.

Suddenly I feel something behind me, a sigh by my ear and saying: "Here I am". It scares me quite a bit and I sit up straight in my bed.

I can feel there's someone here, but I'm not getting any answers. I am very frightened alone at home and I continue to sense as if someone wants to tell me something.

The same thing happened to me last week again, but this time it was like someone was trying to pull the sheets and blankets over top of me. It said: "now we are coming to get you", and a strange thing happened as it felt as if I was sliding away towards my feet. Something stopped me and then I regained consciousness.

I'm very frightened, Andre, that this will repeat itself. What's going on here? (Mrs. M.S. from E.)

 

You see this I find so strange and always puzzles me. You love someone and that person passes away.

Then you get the evidence that dead is not actual death, but anew birth on the other side and then you're scared of it.

What are you afraid of, for them or for yourself? I think for yourself, for when they were still alive, in this case your mother and father, they were the last ones you'd ever be frightened of.

So let yourself go, you'll always return, since your time to pass over and to be born again on the other side won't be here for a very long time.

They just want to show you that they are still there for you and that they are trying to help you with your problems in your present life.

That sliding away which you've experienced is the starting of the outer body experience. So it's your astral body which withdraws from your material body and has the opportunity to experience the timelessness.

Isn't it beautiful to meet someone of whom you think doesn't exist anymore. Suddenly you see that indeed they are there, even though they exist in another frequency.

Don't let your husband laugh at you, or ridicule you, because his incomprehension invigorates your fear.

Talk to someone who has more understanding for this, for instance your brother or sister, 'cause they were their father and mother as well.

Further more the symbol "sigh" oxygen, necessary for life itself. At the same time it means the first breath of life on the other side. This sighing belongs to your mother, because not to long ago she suffered some oppression because of her heart.

So you should feel safe and warm, for it's your own mother. I would like to give you one piece of advice. Go and consult a physician or a physiotherapist for some respiratory exercises, because while I'm answering your letter I get the same oppressive feeling and that is because of you, for you're not breathing right, and every now and then you're suffering from hyperventilation.

Tension brings along a wrong kind of respiration, but of course you could also reverse it: by the right breathing technique you can get less tension (sigh).

Monitor

I have recently lost my mother. At night she was taken to the hospital.

We, the children were alarmed. She had a cardiac infarct. The doctor told us that she was being monitored and calmed down.

We could say goodbye to her and then we could go home. I went to bed, but couldn't catch my sleep. It was around 03.30 AM that I fell asleep to wake up half an hour later.

In my sleep I heard a buzzing tone. It made me think of when a monitor stops. I wanted to wake up my husband to tell him that my mother was worsening condition.

However I didn't, because I thought: no that can't be, because then they would have called us.

I lied down again. Just as I lied down, the phone rang and we were called to the hospital, because my mothers condition was worsening.

So when I heard that tone she had not passed away yet.

Now I would like to know what the meaning of that was. Would my mother have thought of me strongly at that specific moment? We were very close. If one of us had any problems, we wouldn't tell each other, afraid to hurt each other. I miss her terrible.

I would love to know how she is doing now, because I really believe in a life after death. You know I haven't been able to say goodbye to her and I really feel badly about that. (Mrs. M.A.v.H from R.)

It will be pretty clear to you, and this I've written before, that clairvoyant abilities and telepathic contacts are the strongest with those whom you've loved most, in this case your mother. I am convinced that this was her who let you know.

And not only that, you were with her too. The tone doesn't only mean that she wanted you to get there in time, but also meant preparing you for her passing on.

For the fact that you've heard that you suddenly knew for sure that she was gonna die, and such an experience takes away some of the impact which you receive, when somebody you love so much passes away.

This doesn't mean that you'll experience less sorrow, no definitely not, because you miss her overcoat to talk to directly or to be able to cuddle with her.

Through an experience like this you get the evidence time after time again that there is more than the material world.

The fact that there is life after death must be as clear as a whistle for you now, or maybe more credible for you than for someone that hasn't had this experience. It seems to me like a hopeless feeling if you don't have no faith at all in a life after death. I couldn't even imagine, because I'm so sure of it and so are you now, at least a little.

In the future the dreams which you'll receive about your mother with have a different content as in predictions, which will help you and guide you in your daily life.

Write them down, learn the symbolism, and they will be a great support to you. Supporting you is something she'll always keep on doing, because she's better at it now. There where she's at now, she's not being distracted anymore by her overcoat, which has been a burden to her for so long.

Life after death

I would like to learn some more about life after death.

My father whom I was very close to, passed away last year on my birthday. I'm still very sad about it and I miss him a great deal.

I've asked god to give me the strength to carry this heavy burden. I have read and heard a lot about paranormal gifts.

Also some years ago I've heard a tape about spiritualism. The tape was about Godfried Bomans and voices from the hereafter. It left a great impression with me.

That's why a lot of times I comfort myself with the thought: and is still with us.

Now I would like to ask you if you could raise my father and ask him if he has something to tell us and if he wants to get in contact with me.

This letter might sound a bit confusing, but I really hope to receive an answer from you if there's such a thing as life after death.

Can you also explain why he had to pass away on my birthday? When I was born my father was so happy he couldn't speak out of happiness. Why did that day 23 years later had to be such a bad one? (Brigit)

More than ones I've experienced about life after death. I will give you an example. One night I had an out of body experience and met a man. I had never seen this man before. He asked me the following question: "Would you like to give a message to my wife and son Paul? Tell my wife to stop the lawsuit against the company I used to work for. My son has to make sure that he has all of my notebooks with the automatic writing in his possession. He has to hold on to them and in due time publish it." Then he walked away from me.

I didn't know what to do with this message until I went to a birthday party a week later. Across from me there was a woman sitting, I didn't know. Suddenly I realized that the man I talked to indirectly was connected to her.

I went through the crowd and sat down next to her, described the man to her and asked her if she knew him. She was astonished and said yes that she knew him. She said that this man and his family were acquaintances of them. She told me that this man passed away a few months ago, and the family was having serious problems. I told her the entire story. It was a great relieve to her, 'cause what I told her exactly fit the problems they were having at that time. The man had been a highly placed technical functionary for a big company. He had quite some inventions to his name for which he didn't get enough compensation. His wife wanted to start a legal procedure. He was very interested in the paranormal world and had notebooks full with automatic writing.

The only son that showed any interest was Paul indeed. This woman passed the story on to the family. They were very happy with the message and acted accordingly.

So you see Brigit, that after all these experiences (also with my own father) you have to believe in a life after death. Your father is most definitely with you and helping you too. How can you feel the sorrow from someone who's not really there anymore. Sorrow is the only possible reflection there is. Maybe this is a cold comfort, I know, but think about it. There's one more thing. When somebody dies and his body suffered immense pain, there is the aftereffect, to the immaterial body. You can help him with that. When you think of him think with love and send him the color blue. Don't ever try to raise someone.

One of my sayings is if somebody wants to have contact with somebody in the material world they will do so on their own account and will have regained 100% consciousness again. We're only conscious for 15%. Part of that 100%, part of the layers that a human being possesses, will always be with those he or she loved.


Socket

Fifteen years ago our son was killed in an accident. It's a miracle how I got through that period, even though at times I think about it.

The evening before the accident we had just told him to always be careful. He said: "Mom, if I die I'll come crawling out of the ground anyway". He said this like he wanted to comfort us.

The next morning a man came to the door and asked if P. lived here. I said yes, and he left without saying another word. I then got the presentiment as if something were to happen.

Twenty minutes later our son was in an accident. A few days after the funeral when I went shopping I pulled out the plug of the gas-fire which our son was playing with every now and then. At that time there was nobody home.

When I came back, there was a strange smell in the area of the socket, and the plug was plugged in again. I felt sort of a contact with my son.

A few weeks after the funeral I had a dream that I was in a boat on the water. I arrived by a cave where there was a big party. On the stage was a long table, and there was a man with my son on his lap. I couldn't reach but called for him. He looked at me, laughed and said no.

Which meaning could these happenings have? (Mrs. A.E.S. from V)

Generally children think about death very lightly.

The only explanation is that children are closer to their past life than adults are. Time plays an important role in this. The closer you are to a happening the more tangible the memories are that you have of them.

When it gets further away from you it's like a story of a vacation.

If it was for more than 50% a lousy vacation, you tend to forget the nice things, and if it was for more than 50% a nice vacation you forget the bad things.

That he said I'd come crawling out of the ground could mean that he remembered being buried in a previous life, even though he felt alive. He would have witnessed his own funeral. Thinking that way I will explain your dream and the man at the door.

The man at the door, who asked if your son was at home, is the same man who held your son on his lap. The possibility is that he has become his new father in his next incarnation.

In this case I strongly have to think about South-America, because I see this man with a fairly dark complexion. The cave with the stage could symbolize the womb in which he will be born on the other side after which he will return to earth as a living human being of flesh and blood.

I find your experience beautiful and for you a piece of evidence of what he has said to you. There was more than one way, in which he had contact with you, so more than only pulling the plug out of the socket of the gas-fire. I hope that with this explanation you can help more people, because the way you got through this all should be an example to many more people.

But you need to have enough energy for this. Pass on a little of this energy to others that are not as blessed with as much energy as you are.


Guardian Angels

Images on the wall

When my brother was seriously ill and finally died, I was being pursued by images which I noticed on the wall.

As I sat at his sick-bed I noticed the images on the wall appearing to look like two kneeling down angels, each on a side of a table or coffin which had a cover over it. I thought: my brother is leaving us.

Afterwards I saw an image radiating a bright light on the door of our house. I see that quite frequently.

My next door neighbor has lost a lot of family, including her husband. When I visit her at night I see a luminous figure standing behind her. Maybe it was her husband, and maybe it was someone else, it's to vague to recognize. A

t one time I also saw an aureole over my mothers head. Could you please give me an explanation for all of this? (Mr. J.B. from P.)

These images at a sickbed of someone who's dying appear quite often. I've experienced this several times. The images vary from person to person as they pass on to the other side. It all has to do with how he has lived, whom he has known, which believe he had and what his expectations (of heaven) were.

The fact that you received those images after your brother was sick and died, has in time and space nothing to do with the moment you perceived this. It is something you register in your unconscious at the moment of the illness.

As you know I don't believe in such thing as time. We made that to fit a clock in it.

I can sense in your letter that the images which you've perceived, were inspired by the roman-catholic believe, therefor the two angels.

They could have been two totally different people whom he has known in his own life, friends or family, those from the other side, whom help him understand that he or she returns to where he or she originated from: back to the world of eternity.

The person you saw illuminated, was your own brother, who through the exchange of energy with the help of the angels was made aware that he had past on.

If you would have seen a dark figure, that would have meant that the diseased person wouldn't have totally let go of his material body.

Often you can see colors and energy around people.

This doesn't mean that there are spirits standing next to a person, but you see the aura, the astral projection of the person whom it concerns with the memories attached in that aura, of people that have passed on already and of those that were really close to him or her. We call this aura information. Everything that a person has experienced in his or her life is visible for people that have a paranormal ability, for one more than another.

It all depends on the spiritual development and feeling such a person has encountered through his or her life.


The empty frock

Last year I was very depressed and I was fed up with everything, and I saw myself hanging on a rope.

Those thoughts were so intense that it frightened me, just the thought that I would do such a thing. It was vicious circle just awful! I also saw flashes of someone hanging on a rope. I could only see the legs and feet.

One afternoon I went to bed depressed and tired, but I couldn't sleep. Suddenly I witnessed an appearance in a frock, which didn't have a face and didn't have hands either. I was stunned, appalled, frightened everything at the same time.

The next minute I witnessed a beautiful figure at my window, in a soft white light. The figure kneeled down, in a reprimanding way; at least that's how it felt with his hand towards his frock. I wasn't sleepy or groggy either. I experienced this in total consciousness.

After that I've felt this figure in the frock several times in my vicinity. Can you explain these appearances to me? (Mrs. J. de B. from D.)

I think that besides being depressed, you also experience insensible hands.

Sometimes it's as if they weren't there. I feel this strongly as I see you. I see a thirteenth century incarnation. In that time you were punished for something fatuous, because you know they use to do that in those days quite often.

For stealing a pear your hands would be dismembered. And now you punish yourself without realizing it, for something that has nothing to do with the present, however with the past.

I hope that after my explanation you will sigh deeply, will sleep in ease, and will keep on thinking: this depressed feeling doesn't belong to the present, but to the past.

You know that if somebody in that time (thirteenth century) was to be hung a priest or monk would come along to the gallows. The monk who accompanied you said to you: "Keep looking at me and I will see to it that you calm down and get to heaven anyway, because I actually believe in your innocence."

You were a man when you were hung. Your overcoat (your body) stayed behind and your spirit became conscious of your spirit dissociating from your body, with the help of the monk.

Finally leaving the 13th century inquisition madness behind you. The monk traveled with you in time and space. He's still accompanying you. In a symbolic way, he is showing you things.

The empty frock symbolizes the inanimate, the self-destruction, wanting to take your overcoat off, not seeing things straight anymore.

The appearance at the window is the same monk, but as he is in his true form, all life and harmony, the actual spiritual being, just as you and I, which can be so radiating just as he is showing you now.

Whatever happens, he is with you, so actually you are forcing yourself, and actually you are forcing your self, to renewed activities.

You can think that you're happy, but you need more then just your activities in the house. Those other talents weren't given to you for no reason and the time has come to do something with those talents.

If in three years you look back to the present time, you will know what I mean. The funny thing is that you don't have to go search for it, because it will come and knock upon your door.

My father

My father has passed on five years ago. A few weeks ago I was sitting in the living room watching television with my brother.

My brother had fallen a sleep. I didn't notice it at first and just kept on watching television.

When I suddenly looked at my brother, I saw my father standing next to him. I looked at him and he signed to me to be quiet. It seemed as if he wanted to tell me to not say anything.

After this he pointed with his finger at my brother. Suddenly he disappeared.

I wasn't scared at all after this happening, but could you possibly tell me what the meaning is of this? I am positive I didn't dream this, it truly happened. (I.S. from L.).

 

I really believe that this actually happened, as I've experienced this many times.

A few weeks ago I was visiting some acquaintances of mine that live in a rebuilt farmhouse. I said goodbye, walked out the backdoor and suddenly right next to me, I saw little baker sitting there completely dressed up in his entire outfit, even the cap wasn't missing. It was a very friendly man, and he seemed quite content as if he wanted to say: I'm enjoying myself.

For the fact there are people living in my house or next door to me (I didn't know at the time) pleases me, as I've always loved birds and other animals, but didn't have too much time for them. That's what he said to me. I looked at him, and felt very comfortable.

Then he suddenly disappeared. I asked the lady of the house if a baker used to live here, but she couldn't answer me. Seeing that I experience this quite often, I forgot about it.

However a few weeks later I happened to visit them again, because the man of the house, a colleague magnetizer had a double herniated disk and was lying in bed.

While we were drinking coffee his wife suddenly said: "Remember that little baker you asked me about, Andre?"

I said, "yes", "Well", she said, "he used to live next door. I told the previous inhabitants of this house what you had seen and they replied that on our right side a baker use to live" (which would be exactly at the place where I came out of the door).

For me those things are quite normal, that's why I believe you. For the fact that your father was standing next to your brother and didn't want for him to see, means that your father will stay at your brothers side for the time being, to help him. He is going through some hard times. It's a bit of coming and going with him. He hasn't quite found his way in life. For your father it was always very clear, and he will make sure and guide your brother on his path.

I would like to advice him to be careful with his back; the best thing to do is to consult a manual therapist.

Appearance

At home we were with four girls and a boy. When my mother passed away in 1976, my sister and me were the only children in the hospital; my father, brother-in law and wife were there too.

Now you need to know that the two of us weren't that popular, the other three were.

At the time I was nineteen years old. When I was pregnant of my little boy, my mother appeared to me in the bedroom behind the door.

My husband had midnight shift at the time. She nodded at me and asked me to come behind the door and stay with her forever.

I told her that I couldn't, because I had to take care of my daughter. At the time she was six years old. My mother disappeared. But when I entered the living room, she was sitting on the couch. She had her hands folded, and was sitting there like a statue and didn't say anything anymore.

Even when I turned on the lights, she didn't disappear. It was at daybreak when she left and I haven't seen her since. I have the feeling that she's still here at night.

And now I'm scared in my bedroom at night and I can't sleep in the dark anymore, when I'm by myself. Even when my husband is at home, I can feel the ghost standing in my bedroom. I would like to know what this could mean. To be honest with you it scares me quite a bit.

I hope you can give me an answer and can tell me how to get rid of the fear. (Mrs. C.Z. from E.)

The fear for the death started for you when a male person in your family died. At the time you were seven years old. It was an older man. This man cared for you a lot.

Ever since that time you've been scared, not for the death it self but because you had to miss someone whom on a emotional level gave you a lot of attention. At home you got less of this attention. You were kind of left on your own; at least that's how you experienced it. I think that feeling wasn't completely truthful, because when I see your mother, I see a woman who has been overstrained for years and had a lot of personal problems. Because of that, she experienced lots of difficulties raising a big family.

You understand that when you are tired, everything is hard on you. After that there was a period in your life that you felt lonely and was quite overstrained. That was in the period when you were pregnant with your little boy .You had the feeling: how can I go on with this, there will be two children and I have so much more to do.

There was no distraction at all, just the housekeeping. This was not a healthy situation. Then your mother suddenly appeared before you who asked you to come along with her. This wasn't a literally figure of speech, but it set you to a choice: staying with your family emotionally or getting more overstrained. The last thing didn't happen. You got better and you started enjoying life to the fullest again.

Your mother helped you by doing that. So you can turn off the light at night and rest assured, because you sleep under the protection of someone whom you felt let you down before.

However you have so much in common with her, because she has gone through the same ordeal that you have with its ups and downs


Tap

For years my life has been accompanied with a tap. It's soft and gentle, and sounds as a fast timepiece. It is everywhere and it's movable. It's in the jar of jelly, a painting, a lamp, in the bookcase etc. It can be upstairs as well as down stairs. It has started about ten years ago.

I was home one night by my self and was sitting at the table knitting, when I heard a tap over my head. I panicked a bit, because it kept on floating over me, even when I went into the hallway. I thought there was a watch lying around some where ticking, but couldn't find it. Walking around with that in mind for a few weeks I thought to myself: it must have been my imagination.

One night it came back again and I told my husband. He was relieved, since he had heard it too. We checked everything, electric appliances, gas-stove, etc. There was nothing we could find that produced that ticking sound.

We live in another house now, but the ticking moved along with us. It's all over again. My six children can hear it too. The youngest sixteen-year old girl is getting very restless and can't sleep anymore.

Not to long ago we were sitting at the table talking, when suddenly we heard it in the flower vase. When we tapped against it, it would stop for a moment, to continue rapidly soon after. It is not in the furniture. We have renewed everything through the years.

Could you possibly tell me what the watch ticking could be? (Mrs. G.N.B. from B).

Yes what should you do with a tap like that? It's here; it's there. It's not in the furniture, in the lamp. Actually it has become quite familliair. You'd be surprised if it suddenly wouldn't be there anymore.

I can even imagine smelling some cigar smoke or the scent of the fresh outside air. I see a landscape of the twentieths, quiet and serene, every now and then an old farmer's cart over the cobblestones. Then not to mention the beautiful old farm, not too big, but so cozy. A woman wearing a dark apron, busy cleaning the milk churns out. A cat is walking around her meowing. A dog is barking and the chickens are coming dangerously close. On the land a man is working with a drag. He knows there'll soon be a fresh piece of white bread with butter and cheese waiting for him. In the distance children are coming home from school, the boys in their oversized pants, one with a cap to small for his head and the other wearing one to big, but trading, no way, that only leads to quarrels. The girls, there are three of them, are walking around giggling, as in the early morning they wrote something on one of the boys backs with a piece of chalk.

You will probably wonder what does all that have to do with us? Well, that is the images that I got by the ticking. I love it. I can watch this for hours. Unfortunately, it will never come back. What will come back, is a sound, the sound of an old -fashioned pocket watch which grandpa only wore on Sunday, and at special occasions. That tick is the tap in your home, and brings you home to the tranquility that you need so desperately in this hasty time. So be happy with this tap, since it belongs to your guardian-angel, "grandpa".


Reaction: Tap

Your answer was really striking. As a small child I often went to a small peaceful little town in Friesland, where my father's family use to live. I used to stay with Beppe. Pake died young and I barely knew him. When I stayed with Beppe I use to sleep cupboard-bed. I'd always have to climb in there, because it was too high. Then I'd drop myself on the bed and I would sink in the feathered mattress, with sheets that smelled like camphor and lavender. It was a true feast to visit Beppe's. She taught me to be patient, and to love. My mother told me that your description matched her exactly. She also told me that Pake had a golden pocket watch, a family heirloom. After Pake died, Beppe was supposed to give it to my father, but he refused to have it. Then my uncle got it in keeping, on the condition that it would be passed on to me if he were to die. My uncle passed away fifteen years ago, but the watch has not been returned yet. Myself, I have the idea that the tick has something to do with that. I do feel that the tap is sort of my guardian angel.

It gave me comfort in hard times which I've experienced in the family as well with myself.


Uncle

About six weeks ago, it was a Sunday night, I was lying in my bed dozing off. Suddenly I heard footsteps. I looked up, and was looking from the bedroom into the hallway, but didn't see anything.

Then for the second time I heard those footsteps. They were approaching my bed. The third time they approached my bed all the way and it seemed as if something wanted to grab or touch me. I totally went numb. My Husband was sleeping next to me. Normally I would have woken him up, because I was terrified. However I was frozen, couldn't do anything, not even when it disappeared. I told my mother and after a few days I forgot about it all, until now.

At the moment my mother is staying here with me, because her boyfriend is in the hospital. She's sleeping in my daughter's bedroom. This morning she got out of bed quite upset. She experienced the same thing as I did then. She woke up by a murmuring noise. She opened her eyes and noticed a very big man standing next to her bed. He was broad, very dark complexion, very big eyes and enormous big hands. Suddenly he moves his hands underneath my mother's back and moved them twice from under her calves to her neck and back again. It was as if she was lifted up. She totally stiffened up, couldn't talk or move. Finally she saw him disappear through the window. She then got up, closed the window, got up and went to the bathroom. She was actually awake. According to her she wasn't a sleep and experienced this consciously.

Could you possibly tell us what this has been? I think it's so odd that experienced this at first and now it happened to my mother, now she is staying with us. I'm afraid to tell anyone, as it seems so unreal. It wasn't until now, as it happened to my mother as well, I told my husband. Now I'm scared. I can't get it out of my mind and I can't help thinking about it. (Cora v.R. from N.)

Maybe the explanation of your experience sounds very strange. However I will try to explain it to you as well as I can.

The experience you've encountered has everything to do with your husband. What he unconsciously experienced in his sleep, you witnessed. Your husband was having a crisis at his work and with a lot of other things. He is a very introvert person. He has difficulties expressing himself and won't easily ask for help. However his subconscious cried out for help and send the message. And who appeared there: Uncle Herman. Uncle Herman used to be a close friend of the family in which your husband was raised.

It wasn't a real uncle, but they all called him that. This man limped a little bit and every now and then walked with a cane. Your husband -Uncle Herman probably never showed it- was the apple of his eye. This spiritual bond, which your husband had with him even though he wasn't aware of it, also continued after his death.

So he has actually become your husbands guardian angel. And when your husband was experiencing a difficult time, Uncle Herman came to help and guide him. That he has done this only proves the fact that your husband's crisis is over with. And what else does this mean? When your husband thinks back of the earlier days, he will come to the conclusion that this man always radiated a lot of peace and tranquility.

When you'd be in his surrounding you would always feel at ease and when he was there you'd be quite comfortable. So apparently he had a magnetic gift.

Actually your uncle has always been a paranormal gifted healer, and he proved that again by treating your mother that night. I'm happy you wrote this letter to me so that I could help solve a piece of the puzzle. However, there is no such thing as coincident. It had to go this way.

The final message is that Uncle Herman is giving you a very clear message that your husband carries part of this gift in him and Uncle Herman will help him with that. Let your husband think about it and read some about it. I think that in the future he'll be able to help people himself. You should be happy with such a strong and conscious helper such as Uncle Herman on the other side.

 


I am Hans Bergman, writer and researcher and will explain the image on the grave plate as a reminder of a fusionrocket from Atlantis.

Nothing from the text or graphics shown on this site may be reproduced without the prior written consent of Hans Bergman and/or made public in any form or by any means. All texts, photos and other views on this website are copyrighted.

The Publication1989fusionrocket15thSOFTUtrechtVol2.pdf.in Fusion Technology 1988, Proceedings of the 15th Symposium on Fusion Technology, Utrecht, the Netherlands, 19-23 September, 1988, Volume 2, A.M. Van Ingen, A. Nijsen-Vis, H.T. Klippel (editors) with the title "The Spheromak Fusion Machine as Propulsion in Spaceflight; Modification of the practical lightweight spheromak results in a fusionrocket for interplanetary spacetravel." published by Elsevier Science Publishers BV, copyright Hans Bergman © 1989, 2012.

Comments concerning the team and publication:

In the publication of 1989 you can still see my old address, but I moved to a new address.

Sources of chapters 1, 2 and 3 in the publication: "Princeton Plasma Physics Laboratory Information Bulletins NT-2 November 1982" and "NT-3 March 1986" both about the S-1 Spheromak.

Sources of chapters 4 and 5 are: research and discoveries of Hans Bergman and confirmations of Prof. Harry O. Ruppe and psychic André Groote.

Confirmation of my proposed "mixed exhaust" by Prof. Dr. Harry O. Ruppe, Lehrstuhl für Raumfahrttechnik, Technische Universität München, Germany (NASA: Pioneer- Saturn- Skylab-projects -index-) and the formulas of propulsion (see publication) of Prof. Ruppe which support my idea of "mixed exhaust".

Confirmation by psychic André Groote that the engraved cover stone of the pyramid Tomb in the room of the "Temple of Inscriptions" in Palenque, Mexico is a picture of a rocket with magnets in the bow and an explanation of the internal operation of the plasma.

Psychic André Groote saw in the plasma "opposite rotating elliptically shaped electron currents that create opposite magnetic momentums. Finally the number of revolutions of the elliptically shaped electron currents determine the stability of the plasma." (see publication)."Scientists must work in the width, because untill now they have only worked in the height."

My discipline (diploma1982) "Nuclear Engineering Technology": correspondence school Capitol Radio Engineering Institute, Delaware, USA.

The FOM Institute for Plasma Physics Rijnhuizen has changed its name and is called FOM Institute for Fundamental Energy Research DIFFER or Dutch Institute for Fundamental Energy Research.

http://www.thehistoryhub.com/wp-content/uploads/2015/02/Palenque-Slab-Astronaut.jpg 

Update publication of 1988 in Update 2012 by Hans Bergman concerning the image of the fusionrocket concerning the plasma on the stone slab:

In the beginning of my research in 1982 I worked with drawings of the fusionrocket and I assumed that the object in the plasma with the crescent cross-section (in the shape of a thick scale) was a "limiter". I had to use current available technolgy so I published it in 1988. In the mean time I have progressed with new plasma discoveries.
According to the earlier understanding images of the plate (my first impression was that the crescent in the plasma was a limiter with the knowledge that was available and in my progressing opinion it could be a crescent hole in the plasma, an empty region instead of a thick scale in the plasma. A special region in the shape of a scale, more dense or empty, but special region.
The drawing of the fusionrocket remains the same. however the limiter could be changed into a less dense or a more dense region in the plasma.

The idea of a special region in the plasma came in 13-4-2012, when I realized that we learned from clairvoyant André Groote that there are opposite elliptically shaped electron currents (according to the Yin Yang-principle) so we allready know the final result of the opposite ellipsshaped electroncurrents in the plasma, but the scientist from Atlantis assumes that we don't know.

In 2015 PPPL discovered something inside the MRX plasma which they said was a region with the shape of a saddle. This saddle however concerns 2 donuts coming together and not our plasma shape of a donut turning into a ball shape actually done for the stability. I think that the plasmaball is better for the stability since the heat and pressure added will have an effect. In an unstable plasma like a donut it will not have an effect. Add heat at the cost of pressure and opposite. Stabillity of the plasma is the key as I told the scientists at the conference in 1988. Even our sun which is a natural fusion reactor is a ball I said, only this is a small plasmaball.   

So the 2 objects inside the plasma like the stabilizer (or trigger) and the limiter could also be hints of plasma simulations concerning regions.

So it could very well be possible that he or she (the engineer from Atlantis) wanted to give us a clue by creating a specific region in the plasma, which could belong to a special computersimulation of the plasma belonging to the configuration of the predicted opposite elliptically shaped electroncurrents (which according to the right number of revolutions will cause the appropriate opposite magnetic momentums to confine the plasma in perfect balance (according to the Yin-Yang principle(1)).

Perhaps indeed a computersimulation of opposite ellipsshaped electroncurrents with the most recent recorded plasmabehaviour from the MRX-project, will show such specific region containing less or more dense plasma?
The computersimulation will tell us wether or not the supposed special region exists.
Shortly if (after the computersimulation) the special region does not exist we will fall back to the object idea and if the region exists my reasoning was just right.

(1) André Groote said that the Yin-Yang principle can be found in the spiral galaxies.

I once asked for a job at the PPPL after I published my paper, but mr. Cohen -I forgot his initials- rightfully said that I had no university grade and therefore did not have a high enough education and experience. However there is a paper from May 2015 A New Vision for Fusion Energy Research: Fusion Rockets for Planetary Defense where S. A. Cohen of PPPL promotes the use of a fusionrocket. Don't know if it is the same man. If it is the same man I am wondering if my experience from the Maya drawing showing a fusionrocket and the paranormal help I had on it was not in his field of experience, but if you have an explanation of a drawing of a fusionrocket in 1988, why writing much later in 2015 that you suddenly need a fusionrocket for planetary defense? Are universities controlled by the money funders in Washington? If yes, can they choose there own research and concentrate on available important data popping up from other experiences?

Progressive scientists will do that, -like Harold Furth, PPPL, who was chief of the Spheromak research and who passed away in 2002-,  they wil study everything, but conservative scientists will not, they don't want to rise, but want to stay low at the surface. 

In this article from PPPL from the current chief Yamada, MRX, PPPL about the offspring from the Spheromak research leading towards the MRX research, it sounds that in 1988 the Spheromak research was declared dead. However in 1988 it was only beginning. I always wondered what will the scientists of PPPL say if they are confronted with my readers on the internet during all those years concerning my Palenkomak fusion rocket? The answer will be, I cite from the PPPL article: "It was a simple idea for a reactor — a machine with simple geometry — but the confinement properties weren't good," Yamada said. In other words, S-1 was unable to keep the plasma within its magnetic borders. In addition, the entire plasma mass tended to tilt, becoming unstable. After several years of intensive research, the device was shut down in 1988.

In 1988 I published the fusionrocket at the SOFT in Nieuwegein, the Netherlands.  The modification of the Spheromak to move the plasma to one side into a more stable sphere that I proposed in my published paper was neglected.

So just have a look at my team:

 ________________________________________

My team:

1. The unknown engineers or scientists from Atlantis who developed the fusionrocket

2. The Maya-Indian who carved the technical image on the stone

3. Clairvoyant André Groote who explained the inner workings of the plasma

Without André Groote I would not have a fusionrocket, only a monument, without the inner workings

4. A famous English scientist Michael Faraday who as a guardian angel was helping me in working out the fusionrocket since I dealt with a fusionrocket machine consisting of coils with induction

5. The PPPL-scientists who created the Spheromak so that I could identify the parts of the fusionrocket

6. Prof. Harry O. Ruppe (passed away 2016) who acknowledged my idea of the "mixed outlet" in the fusionrocket

7. White Bear Fredericks (Hopi) (passed away) who showed me the fusionrocket in a vision in flight with an exhaust of many perfectly shaped plasma cones

White Bear Fredericks advised me somewhere between 1974 and 1979 to look inside myself to find an answer, which I did much later in 2012.

At 03-26-2012 I was relaxing in the sun with a gentle breeze in the garden and I was thinking about the text of the songs from André Groote, poems about the wind telling what once happened in the distant past. I also thought about White Bear Fredericks.

I thought, let me for once also experience this concerning the fusionrocket of which I just intensively had been working on in writing, and I felt the sensation of the wind touching my skin and saw a sheath of red plastic (a dome shape lying on its side with the edge at the left side). It looked like a plastic dome of a small red alarm light, but the light was not on.

Then I saw the back of the fusionrocket with the circular outlet in full action.

From the whole circular surface bright white spokes -small (in hight) conical and pointing outward- (3) came out with here and there a little longer tapered spoke of blazing white compact exhaust particles, coming from the rocket engine over the entire surface of the circle and it was a beautiful sight to see that working fusionrocket.

It looked so very different from an outlet of a chemical rocket. </ Em>

After seeing this vision I looked again at the outlet of the fusionrocket on the graveplate, where the exhaust almost equally is divided into small parts or protrusions of exhaust, more realizing that it belongs especially to the exhaust of a fusionrocket.

This again was a result of the guidingtubes (probably with coils in it) in the first outlet and after the liquid fuel injection in the second outlet a mixed exhaust of short and sharp burning white bright conical spokes of exhaust material will be expelled. In the vision the back of the rocket was up in a tilted position (upwards less than approximately 28 degrees tilted to the right and tilted away from me) and I saw the full back as a circular burning outlet full with almost perfect white bright burning spokes.

More information about the fusionrocket can be found at www.fusionrocket.nl.
________________________________________

Information about the Spheromak Model of Planetary Nebulae http://articles.adsabs.harvard.edu//full/1987ApJ...323L.123B/L000123.000.html

Seeing aura's https://www.sciencedaily.com/releases/2012/05/120504110024.htm in a scientific view.

Paranormale werkweken met paragnost André Groote in Frankrijk. Tijdens enkele van deze werkweken had hij de volgende bijzondere ervaringen: 

Rumpf, de gebochelde van Rosheim

 

Dinsdagmiddag rond 13.30 uur gingen we met de hele groep naar een Wodanseik, oftewel een heilige eik. Een prachtige plek in het bos, niet ver van een kleine parkeerplaats. Bij de eik aangekomen, was ik toch even zo egoïstisch om er als eerste tegenaan te gaan staan. Ik kon het niet laten. En dat was maar goed ook.

Daarna ging iedereen om de beurt. Het was prachtig en zeer krachtig. Maar ik was er met de kop niet bij. Alles wat er om me heen gebeurde, was 'just the side line'.

Mijn voornaamste aandacht ging naar twee zaken: de auto's op de parkeerplaats, glimmend tussen het voorjaarsgroen te zien, en de eik.
De eik zei me: "Er komt gevaar uit de richting waar de auto's staan". Ik zei het drie keer heel hard zonder dat er ook maar iemand van de groep erop reageerde.

Toen hoorde ik wat. En bij de herdershond in mij gingen de oren nog rechter op staan. Plotseling zag ik een vreemde jongen naar mijn auto lopen en naar binnen kijken. In een reflex klapte ik een keer keihard met mijn handen. Het knalde door het bos. De jongeman keek mijn richting uit. Hij moet mij maar vaag gezien hebben tussen het bladerdak door en riep keihard: "Polizei", waar ik op dat moment niets van begreep.

De rest van de groep was ondertussen ook wakker geworden en rende in een soort vreemde slowmotion naar de parkeerplaats. Ze waren met zijn drieën en al gevlucht. Bij één van de auto's van onze groep was een achterraampje ingetikt en de achterbank naar voren geklapt. Gelukkig was er niets meegenomen. Ze waren erg geschrokken van de Parapolizei. Want die rol vertolkte ik blijkbaar die dag. Tot na 10 minuten bij mij het kwartje viel.

Ik had kort daarvoor een militair T-shirt gekregen dat ik die dag voor het eerst droeg. Tussen de middag had ik me omgekleed voor we naar de heilige eik gingen. Ik had het T-shirt aangedaan en een zwart sportjack. Zodoende dachten ze dat ik van de politie was. Ik wil verder ook helemaal niet weten hoe het zonder dat T-shirt zou zijn afgelopen.

Ik ging met de deelnemers van de kapotte auto naar de Citroëngarage in een plaats vlak in de buurt. Dus de geplande trip van de drie meiden, van wie de auto was, kon niet doorgaan. We hadden precies genoeg auto's voor de werkgroep. De kapotte auto bleef in de garage en de drie meiden moesten bij mij in de auto.

Ik vond dat we na alle commotie wel iets lekkers verdiend hadden. Dus we gingen naar een andere plaats in de buurt waar de oudste Konditorei van Frankrijk is gevestigd, voor een lekker taartje met koffie.

Recht tegenover deze Konditorei staat een heel oude Romaanse kerk. Het is inmiddels een ingeslopen gewoonte (want om de beurt komt de hele groep hier wel eens voor een kop koffie met gebak) om eerst de kerk in te gaan.

Niet dat daar wat te zien is, want het is eigenlijk een vreselijk saaie, nare kerk. Maar toch. Tijdens het lopen in de kerk kwam ik op een mij zeer bekend ander paranormaal niveau.

Na een paar maal te hebben stilgestaan, moest ik naar een hoek toe waar ik, naar ik me later realiseerde, nog nooit geweest was, of die ik misschien onbewust wel gemeden had. Naarmate ik dichterbij kwam, werd ik overmand door zo'n intens verdrietig gevoel dat ik bijna moest huilen. Als door iets anders buitenom mij aangestuurd, liep ik de kerk uit. Zes treden van de trap af, rechts het straatje in richting stadspoort, stak over; tussen twee huizen was een doorgang. Daar moest ik langs om het stadje uit te kunnen komen. Maar het was privé-terrein en aan het einde stond een muur.

Ik liep weer terug naar de kerk, vroeg de meiden om met me mee te lopen, liep naar dezelfde hoek als waar ik vandaan kwam, ging staan en deed mijn ogen dicht.

Ik voelde met mijn handen de ijzeren constructie van een kooi waarvan ik wist dat die daar in de Middeleeuwen had gestaan.
Ik was blind, had een bochel, liep mank en men schold mij uit voor Rumpf. Maar mijn werkelijke naam was Hans, meer niet.
Ik was niet alleen in die kooi. Mijn moeder was er ook. Ze hadden het gehad met ons.
Het stadje wilde ons kwijt. We werden tot heksen gebombardeerd.
En we wachtten in de kooi tot de brandstapel klaar was.

Die keurige nette mensen in dat keurige nette stadje - moordenaars, dat waren het toen.

Wij woonden net buiten het stadje, daar waar ik net wilde doorlopen, maar waar nu de muur staat, in een soort hut, half in de grond.
We waren straatarme, bange wezens die er alles aan deden te overleven. Soms was er wat meel en dan bakte ze een brood in een open vuur. Als het dan helemaal zwart was, was het binnenin gaar. Met een scherp voorwerp schraapte ze de zwarte buitenkant eraf en binnenin was het mooi blank en eetbaar. We vulden onze dagen met het zoeken naar voedsel.

Vooral de jeugd sloeg mij en schold mij uit voor Rumpf. Ik kwam vaak thuis onder het bloed.
En dan zei mijn moeder, aaiend: "Je bent niet slecht hoor Hans, want je bent van binnen de mooiste mens die ik ken".
Nu zaten we in die kooi. En ik had niet veel zin om dat wat daarna nog zou gaan gebeuren ook te aanschouwen.
Ik kon met moeite uit mijn trance komen. De hele dag bleef ik verschrikkelijk verdrietig en elke keer als ik er weer aan denk overvalt me dat verdriet weer, ook nu.

Tegelijkertijd dat ik dit ervoer, zag ik een priester met een lang zwart gewaad de kerk in komen.
Ik vond hem een griezel. Hij ging op onze hoogte in de kerkbanken knielen en zogenaamd bidden. Hij hield ons continu in het oog.

Op het moment dat ik ophield te vertellen wat ik ervoer, stond hij op en liep hij naar de uitgang. Daar bleef hij staan.

Ik liep naar hem toe en vroeg hem zonder blikken of blozen of er hier in de Middeleeuwen ook heksenverbrandingen waren geweest. Eerst zei hij: "Ik ben niet van hier". Toen liep hij naar een pilaar - dat wist hij dus wel - waar informatiefolders hingen, pakte er één, gaf hem aan mij en sprak de historische woorden:

"Als het hier niet in staat, is het nooit gebeurd!" Waarop ik zei: "...en de holocaust heeft ook nooit plaatsgevonden". En foetsie was hij.

We liepen met ons vieren de kerk uit en kwamen onder aan de trap, met rechts onze auto.

Links kwam er ineens een non aanlopen in ouderwetse, gescheurde en kapotte nonnenkleding. Ze keek alleen maar naar mij onder het lopen. De meiden keken ook stomverbaasd naar haar. We hadden hier nog nooit een non gezien. Ze bleef naar me kijken, tot ze uit het zicht verdwenen was. Het was een verschijning. Het was niet echt - dat weet ik zeker.

De keren dat ik daarna nog in het stadje ben geweest was de bevolking zeer argwanend tegenover mij. Sommigen liepen wel tot drie keer terug naar hun auto, om te controleren of ze hem wel op slot hadden gedaan en ze bleven allemaal naar me omkijken.

Ik hoop maar dat Rumpf nu rust heeft met mij en ik met Rumpf.

Hoe ze ook kijken, wat ze ook zeggen, laat ze maar.

Als ik later met de meiden het stadje verlaat, borrelen er ineens woorden in zinnen bij ons op. We zoeken een verdwaald stukje papier in de auto en schrijven het op. Zijn verhaal, opnieuw verteld in deze tijd.

Rust zacht Hans!!

 

 Agnus Dei

De wereld, te donker

Mijn hart, te zwaar, om open te bloeien

De slagen, troffen mijn ziel

Tot ik..... kleiner en kleiner, dieper en dieper,

weggleed in open wonde

Haat..... niet te koop,

weggegeven door de domme, zomaar..... om niet......

Ik..... de Kromme!, Rumpf!,

wordt pijn onpeilbaar diep, om niet!, om niet!

Zij slaan, naar leegheid, in eigen hart,

missen de wijsheid, die ik al eeuwen bezat.....

't Is waar, mijn blik..... te leeg, maar ik zie!!

Mijn huid, gewond..... draagt toch de liefde

Ik wist van leven, reeds lang voorzegd,

van verder nog, reeds lang voldragen

Ik heb geen vragen meer.....

dit leven droeg mijn laatste 'zeer'

 

 

Madame d' Hell komt thuis

 

Zondagavond

We waren nog maar met een paar mensen in het hotel. De rest van de werkweekgroep zou die dag komen.
Ik was net van plan om naar de ontbijtzaal te gaan, toen ik twee korte bescheiden tikjes op de deur hoorde. "Ja", riep ik, "ik kom eraan".

Ik deed de deur open. Niemand te zien of te horen op de lange gang met houten vloeren. "Nou ja, 't zal wel", dacht ik en ging naar beneden om te ontbijten.

Die dag heb ik met de kleine groep een prachtige, nieuwe plek ontdekt: Keltisch en voor-Keltisch.

Een dal gezien met een heilige plek om nooit te vergeten. Het zat heerlijk in mijn hoofd en als ik mijn ogen sloot en eraan terugdacht, was ik terug bij het begin toen alles nog HEEL was.

Dinsdagochtend

We zaten aan het ontbijt. Ineens realiseerde ik me, dat ik buiten een vrouw zag lopen met een hoepelrok en dat ik haar al een paar keer had gezien.

Maar het kwam me zo gewoon over, dat ik op dat moment pas de rariteit ervan ervoer. En dat zij natuurlijk ook niet echt liep, maar dat ik haar alleen maar zag.

Nog een paar keer verscheen ze in mijn parablikveld op de meest onverwachte momenten die dag.

Op deze plek staan nu het hotel, een huis met nog de gevangenismuren erin te zien en de kerk. Van het oude dorp bleef slechts één huis staan. Dit huis viel onder monumentenzorg.

Maar het dorp heeft het huis nooit zien zitten, wilde het weg hebben met de smoes, dat het gevaarlijk zou zijn.

In werkelijkheid waren ze bang voor madame d'Hell die er spookte. Want de vroegere eigenaren van het slot waren ook de eigenaren van het oude dorp.

"Een maand geleden", vertelde Evelien, "is ondanks veel protest van verschillende historische verenigingen in de buurt, met toestemming van de provincie, het oude huis toch afgebroken". Dus sinds een maand was Madame d'Hell zwervende.

Donderdagochtend

Weer net voor het ontbijt.

Twee bescheiden tikjes op de deur van de hotelkamer. Ik riep: "Ja" en deed de deur open. Er was weer niets te zien.

Maar Madame d'Hell, weet ik, is thuis gekomen.

 

André Groote, februari-2004

 

Interviews van André Groote

André Groote gaf in 2000 een interview bij een plaatselijke omroep.

Wij hebben ernaar geluisterd en vonden het zo interessant dat we hem toestemming hebben gevraagd het interview hier te publiceren. We hopen dat jullie er van genieten en dat het jullie aanzet tot reacties.

Het Interview gaat o.a. over Jules Verne en David Oistrach, aura, geest en het paradijs, karma en reïncarnatie.

Er zijn van die spreuken hè, bijvoorbeeld is er een spreuk: "van het concert des levens krijgt niemand een program” Maar is dat zo? Is het zo dat mensen over leven iets weten of niets weten. 

André:

Ik denk dat iedereen weet waar je vandaan komt en waar je heen gaat. Alleen, een mens heeft een veiligheidspal ingebouwd dat je niet alles weet. En dat is maar goed ook. Stel je voor dat ik precies al weet als ik een jaar of 4 ben wanneer mijn moeder de pijp uitgaat, of mijn vader!
Helaas was het bij mij zo dat ik het 10 jaar van tevoren zag, zowel van mijn moeder als van mijn vader. Dat is helemaal niet leuk. Maar dat hoort wel bij het paranormale.
Het paranormale ontwikkel je namelijk sterker als je als kind vrij geïsoleerd bent. Dus dat je je fantasie gaat gebruiken om het leven nog een béétje leuk te maken. En dan ontdek je dat het echt héél leuk is om geïsoleerd te zijn. Dan wil je dat ook en blijf je dat. Dan blijf je ook los van die dingen, maar je hebt wel een program.
Onder hypnose kun je dat zien.
Ik zal een voorbeeld noemen: Er kwam een jongen bij mij die problemen had met zijn studie. Hij studeerde viool en hij moest afstuderen. Een afstudeerprogramma aan het conservatorium in Zwolle. Op een gegeven moment zei hij: Zou het wel goed gaan met dat promotieconcert of dat afstudeerconcert of hoe je dat ook noemt.
Toen heb ik hem onder hypnose gebracht en hem naar de studeerkamer gebracht van David Oistrach (red.: een Russisch violist, gold ook in de westerse wereld als een der grootste 20-eeuwse violisten), want hij moest een vioolconcert spelen van Brahms geloof ik en daar was er maar één van.
Toen heb ik hem onder hypnose de originele partituren van David Oistrach laten zien. Maar, zoals later bleek, heb ik één fout gemaakt. Ik had die bladzijde omgeslagen, terwijl het al gelijk begon op pagina 1, dus die had hij gemist met aantekeningen. Dat is heel grappig.
Toen zag hij onder hypnose dat hij van David Oistrach een klein gouden viooltje kreeg, hij gaf hem dat.
Wat gebeurt er? Hij doet zijn examenconcert, hij slaagt met een 9. Er was tot dan in Zwolle nog nooit zo' n hoog cijfer voor viool gegeven. En hij kreeg na afloop van een vriendin die niets van dit hele geval afwist een klein gouden viooltje!
Dus ja, je hebt eigenlijk wel een programma in delen, in parten. Niet in alles.

Kan dat betekenen dat de toekomst van je leven al eigenlijk helemaal vaststaat, is dat zo? Ben je dan net een marionet of een pop die aan touwtjes loopt?

André:

Ja dat is wetenschappelijk onderzocht.
Het begon met een soort databank van een spirituele vereniging in Engeland. Ze wilden wel eens weten wat mensen nou aan voorspellingen zouden kunnen hebben.
Op een dag kwamen er heel veel dromen binnen van mensen, ze zagen dat er een enorme grote zwarte massa op hen neerviel, boven op ze. En daar kwamen er een heleboel van binnen. Korte tijd later is er in Wales een kolenlaag aan het rollen gekomen en die is helemaal over een gedeelte van een stad gevallen. Er zijn heel veel doden gevallen.
Hetzelfde is gebeurd met het schip de Titanic.
Dat is ook voorspeld. En ik heb zelf heel vaak dat soort dingen gehad natuurlijk. Bijvoorbeeld: ik droomde op een nacht dat ik een vliegtuig zag en die vloog tegen een berg aan. Hij vloog in brand en ik ging de mensen eruit halen. Dat was heel gek, dat hoort dan bij dat soort dingen.
Die mensen zijn dood, maar je haalt het astrale lichaam eruit en je zegt: "Nou ben je goed, nou ben je veilig!" De volgende dag stond ik op en ik hoorde op de nieuwsberichten dat er in Sri Lanka een vliegtuig tegen en berg aan was gevlogen die nacht.
Dus ja, ik denk dat je wel in de tijd kunt reizen. En ik denk dat wetenschappers dat maar eens bij paranormale mensen serieus moeten onderzoeken en niet zo hoogmoedig doen met hun wetenschappelijk geblabla, van het kan allemaal niet, snap je?

 

Maar hoe zit het dan precies met de toekomst, is die nog wel te beïnvloeden?

André:

Ik denk het niet. Maar we hebben een positief gedrag en we hebben een doemgedrag, we hebben een yin en we hebben een yang.
We hebben een goede kant en een slechte kant. En het schijnt zo te zijn dat mensen altijd op het laatste moment van hun slechte pad afkomen om het goede te kiezen.
Een mens is in wezen een lui wezen. Als wij dus met de benzine-auto nog 100 jaar kunnen rijden, dan vinden wij het ongemakkelijk om iets anders uit te vinden, waardoor het niet op benzine hoeft. Maar als het moet, als morgen dus de benzine op is, dan zijn er mensen die het zó uitvinden. Die techniek hebben wij.
Je kunt namelijk niks zien wat niet kan. Dat kán niet. Dan kan je het niet zien en je kan het niet voelen. Alleen: we interpreteren het vaak verkeerd.
Ik zal je een voorbeeld geven: Jules Verne heeft heel veel voorspeld, onder andere ook een raket. Maar dat ding liet hij op kolen gaan. Dat zie je wel eens op zo' n ouderwets plaatje dat hij op kolen voortgestuwd werd, of zou moeten worden. Hij kende nog geen vliegtuigbrandstof, kerosine kende hij niet. Anders had hij wel... Maar toch gebeurt dat.

 

Is het niet jammer dat wij als mens maar over zo'n klein deel van ons bewustzijn kunnen beschikken?

André:

Nee, je hebt maar 15% nodig. Meer heb je niet nodig, het andere deel heeft met je andere leven te maken, wat om je heen zit, wat om je heen hangt.
Je hebt dus een magnetisch lichaam, dat is ook het eerste wat je als paranormaal gevoelig ziet, zo' n dun laagje energie, een beetje grijskleurig om iemand heen. De eerste laag, laat maar zeggen, die hoort bij de energie van je stoffelijke lichaam. Dan krijg je een fijnstoffelijk gedeelte, dat heeft weer te maken met je gezondheid, met je contacten in je directe omgeving, met je telepathische contacten in je hele directe omgeving. Maar je hebt ook een esoterische laag en die kan met alles contact hebben.
Het kan bijvoorbeeld zo zijn dat iemand iets heel ergs heeft gedaan en in de gevangenis zit. Hij is in gedachten steeds op de plek waar hij het liefste is. Dus thuis. Dan kunnen er thuis elektronische dingen mis gaan, omdat die gedachte nog negatief is. Hij vlucht dus nog steeds voor het gedrag dat hij ooit vertoond heeft. Als hij dat met liefde zou doen, dan kan het niet spoken, maar dan kan het fijn voelen, dan kan het geuren.
Een aantal jaren geleden zaten we tijdens een workshop in een hotel in een ruimte en deden daar sessies. Van die ruimte wisten wij eigenlijk niets af. Op een gegeven moment hadden we de eerste sessie gehad, we gingen koffie drinken in de pauze en kwamen om half twaalf terug en het rook hélemaal naar bloemen. Het rook heerlijk naar bloemen.
Ineens wist ik het: er is een kerk hier tegenover en als er begrafenissen zijn, zijn hier de koffiekamers, óf er ligt hier, misschien zelfs wel eens iemand opgebaard. En het klopte!
Doordat wij op een ander niveau met elkaar bezig waren, telepathisch, we waren psychometrie aan het doen, krijg je meer contacten in tijd en ruimte en laten die zich ook horen, zien of ruiken. Je hebt dan ook contact met een andere dimensie, waarvan wij nu denken dat het een soort "zweven" is, maar dat hoort weer bij die andere 85% die wij niet kennen. En nu wil ik even uitleggen waarom het goed is dat wij die 100% niet kunnen snappen.
Je moet het ongeveer zó zien: je hebt lokale radio, je hebt radio 2, radio 1, radio 3, stel je voor dat je alle zenders tegelijk zou horen, dan begrijp je niets meer. Maar wij kunnen wél met die 15% de andere 85% punt voor punt aftasten. Alleen: je moet het weer zo snel mogelijk vergeten om weer normaal te kunnen functioneren met je buurman die ook gewoon bruine bonen met spek eet. Anders kunnen we niet met die mensen omgaan. Dan zijn we wezenloze wezens voor hen geworden.
Dus: om normaal te kunnen functioneren, moet je ook een normaal lichaam hebben en ook een normaal verstand. Dan beschikken we in tijd en ruimte over die volle 100%. Wanneer zitten we dan in die tijd en ruimte, is dat alleen maar als je slaapt?
Als je slaapt is alles wat je gedaan hebt weg. Wat je misdaan hebt is ook weg, ben je heel onschuldig, ben je weer echt, ben je weer puur, kan je niet liegen, niet huichelen. Je kan niets faken, je kan niets leiden, niets organiseren. Je bent zoals je bent en je hebt je daaraan over te geven, anders kan je niet slapen. Daarom kunnen mensen die ook gestrest zijn, iets te verwerken hebben, daardoor niet slapen. Die moeten dus leren, door oefeningen, om zich weer puur te voelen tijdens de nacht. Onschuldig te zijn tijdens de nacht. JE BENT ‘S NACHTS ONSCHULDIG. Je bent weer een baby, nou eigenlijk in je 100%.

 

Iemand zei eens dat het werkelijke leven ‘s nachts afspeelt en niet overdag, is dat zo?

André:

Dat is ook zo.
Hoe kan ik anders ’s nachts dingen zien en naar dingen toe reizen en dingen ervaren?
Ik vind het' s nachts ook vaak heel fijn. Alleen: bij mij is het sterker ontwikkeld dan bij een ander, dus ik vind het af en toe niet zo prettig, moet ik zeggen.
Er zijn mensen die zeggen: ik ga dood en na die tijd is er niets meer, dan is het afgelopen. Gaan we eigenlijk wel dood, of gaan we over en gaan we verder misschien?
Je gaat niet over, dat is een verkeerd woord. Je blijft gewoon wat je bent. Je geest kan niet weg.
Ik zal een voorbeeld geven: ieder mens, ik heb dat aan duizenden mensen gevraagd, en allemaal hetzelfde antwoord, je ziet iemand liggen waarvan je hield. Die is dood. Dan voel je dat datgene waar je van hield weg is, uit dat lichaam is.
Dus het was niet dat lichaam waar je van hield, maar van het wezen wat dat lichaam bewoog. Geest beweegt stof. Dat is het toppunt van de schepping. Het toppunt van de schepping is de aarde.
Dit is het paradijs, een mooiere hemel komen we niet tegen. Ik wens nooit een katholieke, protestantse of boeddhistische hemel binnen te gaan, want dat lijkt me een hel.
Dit vind ik het mooiste wat er bestaat. Dit is mijn hemel. Met de vogels, de vlinders en al de mensen die er zijn. En die maar wachten op het paradijs, de verlossing.
Néé; je maakt een ramp mee, je maakt een puinhoop mee in je leven. En toch zingt de volgende dat die vogel, luister daar eens naar. Ga eens naar de boom toe die er is blijven staan. Hou hem eens vast, heb hem eens lief. Dát is leven. Maar ja, we zijn gevangen in een stad van beton en daar moet je af en toe uitgaan om te zien wat werkelijk leven is.
We leven in laboratoria. Jouw huis is een laboratorium, alles komt uit buisjes. Jij denkt wel van: ik ben niet zo' n dier die in een laboratorium leeft. Jawel! Je water komt uit een buisje, je poept in een buisje, een iets groter buisje dan wel. Je wast wat uit een buisje komt. Je kijkt naar televisie, dat komt uit een buisje met een draadje. Je bent gewoon totaal slaaf van jezelf. En dat is geen echt leven en daarom word je ook eenzaam en denk je ook: wanneer begint het echte leven?
Nou, dat begint buiten! In het paradijs waar je in leeft. Je bent scheel als je het niet ziet. Ook wij vogels, wij vliegen, wij muggen, wij muskusratten, wij bomen, wij onkruid, wij mooie bomen, wij lelijke bomen. Alles hoort bij ons. Je bent alles. Het is één geest, het water, het is allemaal één geest. De aarde is ook één geest, een berg is ook één geest. Je kan ook met een berg praten.

 

Je hoort vaak mensen zeggen dat je gaten in je aura kan hebben, is dat mogelijk?

André:

Nee, dat is onzin.
Ik denk dat die mensen bedoelen dat je een zwakke plek kunt zien in een aura, een gemis aan iets, en dat kan je wél zien.
Dat is ook zo moeilijk met kleuren interpreteren. Als je bijvoorbeeld groen bij iemand ziet, kunnen dat twee dingen zijn: het kan iemand zijn die van de natuur houdt, maar het kan ook iemand zijn die een tekort aan vitamine C heeft, en die te weinig groente neemt. Dus je moet precies weten wat je ziet. In de loop der jaren leer je dat.
Maar een gat in de aura is onzin. Zoals die "paragnost" die tegen iemand zei: "Je had een gat in je aura, en die heb ik even dicht gemaakt, en nu kan het niet meer kapot, hoor." Dat kan niet. Dat is onmogelijk, dat is een bakerpraatje.
Nee, dan zou je uit elkaar vallen als lichaam, dat gaat niet. Wij worden bij elkaar gehouden door energie. (Lacht) Dan zou er een oor van je afvallen of zo, of er zou een oog uithangen.
Ik zal nog een extremer voorbeeld geven: Bij iemand die sterven gaat, is alle kleur uit de aura weg en die is alleen nog maar wit. En dat is heel mooi: Als hij sterft zie je ineens dat hele mooie witte veld verdwijnen. Dat heb ik meerdere malen gezien, want ik heb heel veel stervensbegeleiding gedaan en doe ik nog, er hebben mensen gevraagd of ik daarmee wilde helpen. En ' t is ineens weg..!
Bij een vriend van mij die op sterven lag, hebben we avond aan avond de voorhoofden tegen elkaar gedaan en dan zagen we hetzelfde.
We hebben een koppeling gemaakt tussen zijn geest en mijn geest en we zagen precies hetzelfde. Ik heb nog nooit zulke zeeën, oceanen, oerzeeën van zulke perfecte energie gezien. Dat was de grootste perfectie die ik ooit gezien heb. Maar ik weet niet wat dat is.
En ik denk dat ik dat ook niet hoef te weten, want ik ben nu hier. Maar ik vond het prachtig! Hartstikke mooi.

 

Hoe denk je over karma, want er wordt vaak over de betekenis van karma gesproken.

André:

Ik geloof niet in karma. Karma is een beetje stom.
Er is een oud gezegde: "Grote gebeurtenissen werpen hun schaduw vooruit".
Dat is ook auragenetisch zo. Auragenetisch is wat je meeneemt in de genen van je ziel.
En wat zijn de sterkste emoties van de genen in je ziel: hoe een ellendig eind je hebt gehad in een vorig leven, wat je eventueel misdaan had, dát blijft hangen.
Als je het ene wilt weten, yin en yang, krijg je het andere ook.
En dan blijven we met onze stomme kop hangen aan wat we zogenaamd nog te "verwerken" hebben of nog "goed" te maken hebben; flauwekul! Het blijft er alleen maar hangen omdat het ooit een keer gebeurd is, maar het heeft verder geen énkele betekenis, want als je de pijp uitgaat, is je alles vergeven en vergeten en begin je als een leuk, lief baby'tje weer opnieuw. Want wat heeft zo' n baby'tje nou misdaan als het geboren wordt; met wat het in een vorig leven misdaan zou hebben, dat is toch flauwekul?! Het is zielig om zo' n kind de "kar van ma" in de poten te douwen. Ik houd daar niet van en ik geloof daar niet in. Ik geloof dat ieder leven opnieuw puur begint. Ieder leven heeft de drang van een zaadje dat, als het ergens op het beton of tussen de straattegels valt, en daar zit iets zand en er komt iets vocht, dan weer uitgroeit tot een heel mooi grasplantje. En zo zijn we allemaal.


Betekent dat dan dat reïncarnatietherapieën geen zin hebben?

André:

Ik kan me voorstellen dat je dat soms bij mensen moet weghalen omdat het te zwaar is gemaakt door ervaringen in dit leven. Mensen blijven ook snel hangen aan de ellendige dingen die ze mee hebben gemaakt en kijken weinig naar de mooie dingen.
Je kan zeggen: "Mijn zoon is doodgegaan, of mijn vader is doodgegaan", maar hij is óók op een dag geboren, kijk daar eens naar! Dan snap je beter wat een nieuw leven beginnen is. En hang eens niet zo' n treurkrans op een graf, maar plaats er een balletdanser op of een balletdanseres en ga dansen en lachen. Geef blauw licht, geef nieuwe energie. Het is allemaal zo triest! Weet je, dat soort denken hebben wij van ons Christendom overgehouden en daar moeten we vanaf. Vijfhonderd jaar inquisitie hebben ons bang gemaakt. We hebben geen schuld, niks.
Seks is mooi, seks is fijn, ' t leven is fijn, ' t leven is mooi, nieuwe dingen creëren is mooi en de dingen die je ooit negatief hebt gedaan in een vorig leven zijn je allang vergeven. Daar hoef je niet mee te zitten. Dat is alleen maar treurig en daar maak je anderen treurig mee en daar houd je andere mensen mee op een afstand. Dat is toch zo.
Je ziet ze wel eens lopen van: "hu... nou...!" Lách dan!
Doe die test, zoals ik die vroeger ooit heb gedaan: Op straat lopen en bewust denken: Vandaag is mijn winkeltje gesloten. Ik ben chagrijnig, niemand zegt me wat. Is ook zo; dan zegt niemand je wat.
Ga dan met de gedachte de straat op: Ik ben vandaag open, 't winkeltje is open en ik heb allerlei leuke dingen te verkopen. Dan zegt iedereen je goedendag en je hebt een blije dag, zelfs als het regent.
Maar wat allemaal wel zo is, natuurlijk, en dat ben ik vergeten erbij te vertellen, je leert van dié emoties dat je het nooit meer moet doen, om nog eens een keer zo' n leven te hebben, met zo' n herinnering die zwaar blijft hangen. Dát natuurlijk wel.


Hoe moeten we ons leven na de dood voorstellen, bestaan er bijvoorbeeld nog kleuren of zijn er nog relaties?

André:

Als het leven een symbiose is tussen een eitje en een zaadje, dan ben je pas weer tot leven wanneer die twee tot elkaar komen. Als je dus dood bent, ben je of een eitje, of een zaadje, dus je bent niet in symbiose meer met de stof en geest tegelijk. Dan heb je wel een voorbereiding voor een nieuw bewustzijn, maar dat weet je pas als je weer leeft.
Voordat ik weer in dit leven geboren werd, was ik in het ghetto van Warschau en ik ben daar bij een kerk in mijn rug geschoten. Daar heb ik geen haat aan over gehouden, alleen maar liefde gevoeld naar het land waar ik heen wilde, dat land was het Nieuwe Israël.
Het Nieuwe Israël zegt voor mij niet Israël, maar het land waar je vrij bent, waar je jezelf kunt zijn, waar geen zinloos bloedvergieten is.
Dus vier, vijf jaar daarvoor (voor ik opnieuw geboren werd, red), leefde ik nog dat andere leven en toen zat ik bij mijn vader op de schouder te kijken naar een optocht in Groningen. En het is ook bewezen dat dat zo was. Mijn vader heeft daar gestaan en die optocht was er ook. Dat heb ik ook beschreven aan mijn vader. Niemand snapte er een hele hol van hoe ik dat kon weten. Ik was al heel jong uit een soort veiligheidssysteem, of heel snel tegelijk in twee levens, om het niet zo zwaar te hebben in het leven waar ik vermoord werd. Zo ziet het er eigenlijk uit.
Er is vaak een vraag over die tussenfase, in die tijd dat het nog langer duurde, dat er minder mensen waren, reïncarnatie veel langer duurde.
Ze vragen dan:
"Hoe kan het nou dat het nu zo snel gaat en vroeger zo langzaam?".
Omdat er nu meer mensen tegelijk zijn, dus het gaat nu veel sneller. We zijn nu, denk ik, met net zoveel mensen als ooit een keer in de Atlantis periode.
Maar goed, in die tijd was ik niet alleen bij mijn ouders, maar ik heb ook die dingen allemaal meegemaakt die mijn ouders meemaakten:
Invallen van de Duitsers in ons huis, het weghalen van mijn vader, dat wist ik allemaal.
Dat waren hele rare dingen. Heel veel wil ik er niet over kwijt, misschien schrijf ik dat ooit nog wel eens op, maar ik wist, achteraf gezien, een heleboel dingen waarvan mijn ouders zeiden: "Hoe kan je dat nou weten?".
Maar ja; een katholiek gezin, nog knielen voor het Mariabeeld in de meimaand en in de oktobermaand met de blote knieën op de kokosmat en dan bidden. Onzin natuurlijk, flauwekul, maar daar moest je met het paranormale niet aankomen, alhoewel die katholieke kerk natuurlijk vol met paranormaliteit zit.
Jezus was zelf al een paranormaal gebeuren. Wat denk je van al die heiligen met al die wonderen?


Kun je tegelijkertijd in verschillende reïncarnaties leven, of kun je tegelijk verschillende levens hebben?

André:

Ja dat geloof ik wel.
Ik heb ooit een verhaal aan mijn moeder verteld, toen was ik heel klein, het was in de jaren 50, daar had ik zelfs nog nooit van gehoord, maar dat zag ik dan zo.
Ik zei tegen mijn moeder: "Als een vrouw nu bevrucht zou zijn door een buitenaards wezen, (en daar bedoelde ik toen waarschijnlijk mee een esoterisch wezen of iets wat je in een vorig leven was) en die heeft tegelijk tien andere vrouwen bevrucht en je weet als je geboren wordt dat je elkaar nooit tegen mag komen omdat je ieder je eigen taak hebt. Is dat dan niet eenzaam dat je je broers nooit mag zien?".
Mijn moeder was er helemaal verbaasd van: "Hoe kom je daar nu bij?". Tsja, zo voelde ik dat.
Dus: de broers, dat ben jij zelf, of iemand die je heel goed gekend hebt of waarvan je gehouden hebt en dat noem je tweelingziel, of dubbelziel.
Ik heb dat ook wel eens met mensen bij mij in de praktijk, ik ervaar ze al eerder als tweelingzielof duoziel, terwijl die ander daar nog nooit over nagedacht heeft en het wel een beetje vreemd vindt dat hij dat zo voelt. Maar hij kent het niet en vindt het een beetje eng.
Dan heb je twee kansen: of ze komen nooit weer, of ze lopen je deur plat.

Dat betekent dus dat ik nu kan leven en tegelijkertijd vijfhonderd jaar eerder of later, of je zit in een UFO en je komt weer terug, of...

Ja, dat kan. Een UFO fenomeen is ook een beetje vreemd, want als je nagaat, in de jaren dertig hebben ze straaljagers gezien boven Scandinavië die nog niet uitgevonden waren.
Het kan!



Wat vind jij ervan hoe de mensen met elkaar omgaan in deze wereld, want we leven zo ontzettend hectisch.

André:

Ik vind het zo eenzaam. Ik heb laatst een soort gezegde gemaakt over de jeugd.
"Waarom heeft de jeugd zoveel haast om oud te worden?".
Als je nou bijvoorbeeld mensen ziet die ouder worden en in één keer weer hun tuin ontdekken en hun moestuin. Dat wil dus zeggen: Hoe ouder je wordt, hoe bewuster raak je van het feit dat je een keer dood gaat. Als je jong bent, ga je nooit dood, blijf je eeuwig leven, toch? Dat is de jeugd.
En iemand die ouder is, wordt zich dat bewust en wil weer die aarde ruiken, proeven, voelen. En ik vind het wel zo' n onzin dat mensen zo worden zoals ze nu zijn:
Vaak hebzuchtig, agressief en ongeduldig.
Kijk; internet is leuk, maar dan hoef je toch niet de hele dag achter dat stomme ding te zitten. Dan kom je toch nooit meer bij iemand in huis en geef je niemand meer een knuffel.
Via internet kan ik niet vrijen. Kan jij via internet seks bedrijven? Ja, jij alleen en die ander aan de andere kant. Nou, gezèllig!... Dat bevordert lekker harmonie tussen twee mensen. Je moet gewoon niet overal in willen stinken, je moet gewoon denken:
Dat wil ik niet. Ik wil ook leven, ik wil iemand zien, ik wil iemand voelen. Ik wil lucht zien, ik wil buiten voelen.
Straks ga je nog met je laptop naar het strand om bruin te worden. Daar kan je niet meer zonder, anders word je niet bruin, denk je dan. Ik vind dat zo'n onzin allemaal.
Auto's ook: Je kan ook wel eens een keer op de fiets gaan of gewoon je eigen straat uitlopen, daar staan ook hartstikke mooie bomen en planten. Overal staan ze wel, gelukkig. Overal zie je vogels, waar je ook bent.
Dus ja ik vind het zo jammer!
Rustig... rustig.....! Je bent eeuwig... dus waarom zou je je haasten? Mensen worden allemaal opgefokt.
Ik zou een ander radiostation willen hebben waar leuke dingen gebeuren, waar mooie dingen gezegd worden.
Ook met housemuziek.
Ik vind het prima wat mensen allemaal doen, want als je housemuziek ziet bijvoorbeeld, die gaan weer naar de oerdansen toe, van die rimboetoestand. Dus die gaan eigenlijk terug naar hun oerbron.
De jeugd is heel goed bezig, die is veel dichter bij de oerbron dan de volwassenen denken. Die denken: Oh de jongeren, dat lawaai en dat gebonk! Ja je wordt er doof van, maar je bent wel bezig met de oerdrang. Dat je niet horen en zien wil wat die ouderen van jou verlangen en vergen en eisen allemaal.
Dus de jeugd is best wel goed bezig, het gaat wel een stuk beter, geloof me maar!

Het zwarte gat

een programma over het onzichtbare, het ongrijpbare en het onpeilbare, dat ons in het dagelijks leven met een geheimzinnige waas omhuld, want er is meer dan ons verstand kan bevatten, oneindig veel meer dan in een enkel mensenleven begrepen kan worden, Het zwarte gat neemt u mee op zoek naar het paranormale

Een uitzending uit 1978 met de nuchtere André Groote over geestverschijningen en uittredingen, VechtdalFM uitzending 7 december 2016 Met de muziek mee:

André Groote over geestverschijningen en uittredingen

Kasteelbezoek Aldengoor